•  

    Il y a quelques semaines je m'entretenais avec Philippe Chauché, journaliste à Radio France et chroniqueur à la Cause littéraire. C'est sur le site de cette dernière qu'a été publié notre échange.

    En voici le contenu :

    Rencontre avec Antoine Gallardo de La Boucherie Littéraire

    Ecrit par Philippe Chauché 12.04.16 dans La Une CED, Les Dossiers, Entretiens

    Rencontre avec Antoine Gallardo de La Boucherie Littéraire

    Photo de Pascale Goze

    La Cause Littéraire : Vous parlez dans votre prière d’insérer d’un « cheminement et un mûrissement des désirs qui placent la poésie contemporaine sur son billot », pouvez-vous en dire plus ?

     

    Antoine Gallardo : Le cheminement et le mûrissement des désirs sont bien ceux de l’envie d’éditer, de publier sous forme papier, bref de faire des livres. Aujourd’hui dans le Luberon mais demain peut-être ailleurs. Ce sont les rencontres qui favorisent la création, guère le lieu. Les premiers projets de publication avancés sont nés en l’an 2000. Il s’agissait de publier essentiellement de la littérature jeunesse et des contes étrangers pour enfants impliquant des travaux de traduction, le travail d’illustrateurs et le désir de publier sous format papier sans faire de livre, au sens codex moderne du mot.

    Mais en ayant reçu une formation en Métiers du livre et exerçant déjà en qualité de libraire sur les grands salons du livre de l’hexagone pour de grosses maisons d’édition ou de grandes librairies, je savais que le nerf de la guerre, au-delà des aspects financiers, est la diffusion/distribution. Il était hors de question de publier des livres sans avoir les moyens de leur faire rencontrer leurs lecteurs potentiels. A quoi bon avoir des cartons remplis de livres ? Est-ce rendre service au texte et à son auteur de les tenir enfermés au fond d’un garage en attendant d’hypothétiques ventes sur des salons du livre ? Être éditeur, selon moi, c’est 10% de création éditoriale et 90% de temps consacré à la promotion et la diffusion. Éditer c’est défendre un titre et son texte mais c’est surtout le porter et savoir que cela ne peut fonctionner que si on est prêt à le faire durant plusieurs années. Aussi, envisager de faire de l’édition et se passer des libraires relève, à mon sens, de l’absurdité.

     

    CL : Vous y défendez également une certaine exigence, dont vous avez fait preuve jusqu’à présent, comment l’entendre ?

     

    AG : Rien n’est facile. Aussi, ne surtout pas céder à la facilité. Par exemple, ne pas chercher à publier un nom, mais bel et bien le texte d’un auteur, ou sa création plastique. Je ne rejette pas le désir de voir le titre d’un auteur bien se vendre, au contraire. Mais la « fulgurance » du succès ne m’intéresse pas. Dans tout ce que je tente de faire et ce que je projette de réaliser, je cherche avant tout la pérennité. Pérennité de l’œuvre qui m’est confiée. C’est aussi pour cette raison que j’accepte rarement un texte et son titre dans l’état où je le reçois. Même si quelques heureuses exceptions arrivent comme de petits joyaux finement taillés. Cette exigence, je pense qu’il est permis de l’avoir plus aisément de par le statut de l’entreprise éditoriale. Car, même si je suis l’éditeur, au sens directeur de collection, laBoucherie Littéraire n’est pas une entreprise personnelle. Mais une structure associative.

     

    CL : Nous avons sous les yeux vos dernières publications, quatre recueils, entre récit romanesque et fiction poétique, c’est par là que vous affirmez votre ligne éditrice ?

     

    AG : Malgré les apparences, je ne publie que de la poésie. Il est vrai que la fiction et le récit dits poétiques sont au rendez-vous des dernières publications. C’est le cas de Lame de fond, de Marlène Tissot, qui s’inscrit pleinement dans le récit-fiction. Mais quoi qu’en disent l’auteure ou les lecteurs, j’ai publié avant toute chose un poème. Un poème fragmentaire s’il fallait le caser.

    La réalité de ce que j’affirme est que la ligne éditoriale n’est pas droite. La réalité est certainement liée au fait que je suis profondément attaché à la poésie. Que sa forme m’importe. Mais j’accepte qu’elle me surprenne, me fasse vaciller des fondations de ma culture.

    J’écris de la poésie depuis que je sais écrire.

    Je lis de la poésie depuis l’âge de 25 ans.

    J’ai publié à l’âge de 30 ans.

    J’édite depuis mes 43 ans.

     

    CL : Qui choisissez-vous d’éditer et pourquoi ?

     

    AG : En premier lieu je choisis d’éditer une poésie qui me touche, qui m’exalte ou qui m’abîme. Je publierais un texte qui lecture après lecture fera monter l’excitation du désir d’offrir à lire. L’envie de publier naît du désir de partager. Je choisis des textes dont je me sens la capacité de les porter des années durant et de les défendre avec la même conviction et les mêmes émotions que celles eues lors des premières lectures. À ce titre, je peux déjà vous annoncer que les prochains auteurs à paraître à la Boucherie Littéraire d’ici à la fin du premier semestre 2017, ordre non chronologique, sont : Patrick Dubost, Thierry Radière, Estelle Fenzy, Brigitte Baumié, Frédérick Houdaer, Isabelle Alentour…

     

    CL : Vous êtes aussi l’organisateur des « Beaux jours de la petite édition », à Cadenet dans le Luberon, avec quels objectifs ?

     

    AG : Avant toute chose je tiens à préciser que Les Beaux jours de la petite édition est un salon du livre généraliste et multi-générationnel spécialisé en petite édition. On y trouve autant de la bande dessinée, que de roman, de la poésie, de la jeunesse, du théâtre, que de livres portant sur l’économie et la politique ou traitant de la musique, du cinéma ou de la nature par exemple. C’est avant tout un salon d’éditeur, c’est-à-dire que pour qu’un auteur soit présent sur le salon, il faut d’abord que son éditeur le soit. Alors, avec la complicité de l’élue à la culture du Service culturel de la Mairie de Cadenet, dans le Vaucluse, il m’a été confié en 2011 la création d’un salon du livre. Ma seule contrainte était qu’il soit généraliste… pour le reste, j’avais carte blanche. Se sera donc un salon du livre pour tous, spécialisé en petite édition. Le pari était osé pour un village de 4000 habitants de se lancer dans pareille aventure. Créer un événement littéraire serti de maisons d’éditions dont personne n’avait jamais entendu parlé et dont la plupart des auteurs étaient incroyablement inconnus au bataillon de la lecture quotidienne…

    Voilà 6 ans que cela dure.

     

    CL : Et finalement qu’entendez-vous par petite édition ?

     

    AG : En soi, il n’y a pas de petits ou de gros éditeurs. Il y a seulement des femmes et des hommes, découvreurs et curieux par nature. Il n’y a que des éditeurs. Toutefois, le monde de l’édition est un iceberg dont on ne connaît bien que la partie émergée. Ceux qui façonnent la littérature contemporaine sont rarement à la lumière. Ils sont des mineurs de fond, des prospecteurs de pépites littéraires et parfois, grand bien nous fasse, des fous.

     

    CL : Vos projets pour demain ?

     

    AG : Capitaliser de bonnes âmes pour m’aider à l’année à l’organisation de ce salon du livre. Trop important pour une seule personne. Je ne suis plus capable de poursuivre seul. Pareillement pour le festival estival Poésie nomade en Luberon qui aura lieu cette année les 1, 2 et 3 juillet 2016 à Vaugines.

    Mes projets sont simples.

    Me dégager du temps.

    Vivre pour moi.

    Lire les livres que j’ai achetés ces 5 dernières années sans trouver le temps d’en lire un dixième.

    Écrire.

    Lire les autres, les publier, porter leurs écrits et les défendre.

    Inscrire leur œuvre dans un des sillons du temps.

    Les arroser d’incertitude mêlée au terreau de mes convictions.

    Et cultiver ce jardin avec la même douce passion qu’aux premiers jours.

     

    Philippe Chauché

    Son blog : Chauché-écrit


    2 commentaires
  •  

    Le salon du livre à peine fini, le travail demeure encore important. Je prends le temps ici de remercier toutes celles & ceux sans qui ce salon n'aurait pas eu lieu.

    J'espère n'oublier personne. Si c'était le cas, signalez-le moi je m'empresserai d'y remédier.

     

    Merci à tous.

     

    Pascale Goze qui dirige les éditions Lunatique, Pierre Mréjen fondateur des éditions Harpo &, Marlène Tissot (auteure), Raymond Penblanc (auteur), Perrine Le Querrec (auteure), Benjamin Taïeb (auteur), Sophie Dutertre (grande dame de la gravure sur bois), Christian Mouze (traducteur de l'œuvre d'Anna Akhmatova), Katia Bouchoueva (auteure), Mireille Disdero (auteure), Hélène Dassavray (auteure), Sabine Chevallier (éditions Espace 34), Claire Rengade (auteure) et Auguste, Alain Castan (éditions La courte échelle/Transit), Muriel Mdror (auteure), Nacera Tolba (auteure), Marc Granier (Atelier des Monteils), Myriam Piccinali (auteure), Jean Princivalle (éditions L'Amourier), Émilie Rossignol (éditions Oui'dire), Ilaria Fontebasso (Secrétaire de la Boucherie littéraire), Juliette Grégoire (éditions L'initiale), Caroline Dalla (illustratrice), Françoise Allera (Maison de la Poésie Rhône-Alpes), Jena-Louis Massot (éditions Les carnets du dessert de lune), Claire Pauhlan (éditions Claire Paulhan), Alain Gorius et Christine (éditions Al Manar, Estelle Fenzy (auteure), Sylvie Durbec (auteure) et François, René Lovy (graphiste), Frédérick Hourdaer (éditions le Pédalo ivre) et Anne, Ghislaine Brault-Molas (éditions la Feuille de thé), Robert Lobet et Adeline Huguenin (éditions La margeride), Chris Ballaré (éditions Droséra), Virginie Symianec (éditions Le ver à soie), Danièle Faugeras (éditions Po&Psy), Franck Decrescenzo et Mihwi Park (Decrescenzo éditeur), Jean-Michel Humeau (éditions La chambre d'échos), Jean-Pierre Rochat (auteur suisse), Raphaël Monticelli (auteur) et son épouse, Yves Olry et Alice (éditions Color Gang), Brigitte Baumié (auteure), Bernadette Pourquié (auteure), Bernard Deglet (auteur), Jean-Yves Picq (auteur), Jean Azarel (auteur), Jean de Breyne (éditions de L'ollave), Patrick Joquel (éditions la Point sarène et éditions Donner à voir), Pierre suchaud et Aliénor Rives (éditions Le mot et le reste), André Bucher (auteur), Yves Artufel (éditions Gros textes), Natyot (auteure), Perrin Langda (auteur) et Thiefaine, Denise Mützenberg (éditions Samizdat), Rolf Doppenberg (auteur suisse) & Barbara, Olivier Pennaneac'h Agence Régionale du Livre Paca), Édith Anastasiou (bibliothécaire à Martigues), Patrice Duret (éditions Le miel de l'ours) et Michelle, Sylvain Thévoz (auteur suisse), Nathalie Garbely , Hugues Beesau (éditions Le vampire actif), Fabrice Caravaca (éditions Dernier télégramme), Cécile Lecomte (éditions La pimpante), Juco (illustratrice), Calouan (auteure), Suzanne de Pierrefeu et Johanna (librairie Oh les papilles), Michel Thomas & Romain Mollica (Serendip Livres), Sadou Czapka (librairie Regain), Ivy Lovy, Pauline et Charlotte Bourrilly, Francisca Bouyer, Justine Vincenti, Morgane Ravallec (bénévoles, étudiantes en Master Monde du Livre), Annie Torrese (élue à la culture Mairie de Cadenet), Valérie Boisgard, Sabine Ponthieu et Anne-Marie de Lacenne de Laurens (Commision culture Mairie de Cadenet), Katia Martin et Marie Olmucci (bibliothécaires à Cadenet), Latifa Sauvignet, Jean-Luc Lepestipon, Ghislaine et Jean-François Théroude, Frédérique Mérie, Odette During, Julie Thilgen, Stéphane Astier, Dominique Leydet, Claude et Michel Autret, Jean-Marie Lambert, Émilie Alenda et Thomas Vinau, Véronique Puvilland, Claudie Warther, Sylvie Audoubert, Yves Bayeul, Sophie Révault, Maryline Davin, Monique Gautier, Jean-Paul Vallon, Andrée Fosty, Franck et Marielle, (bénévoles & hébergeurs), Philippe Martin (Services techniques municipal), Éric qui a préparé tous les repas du salon, Homair notre partenaire hébergement.

    Et des pensées pour David Demartis (éditions le Murmure) qui aurait aimé être parmi nous, tout comme Jean-Clair Bonnel à qui je souhaite un prompt rétablissement.

     

    Je dédie cette 6ème édition à Jean-Roch Siebauer et Dax Rowling de la librairie le Lièvre de Mars où dans la Plaine la tanière a disparu...


    1 commentaire