•  

    Depuis le 9 octobre et jusqu'au 14 novembre inclus vous pouvez enfin souscrire à Écrits sans papiers. Pour la route, entre Marrakech et Marseille de Mireille Disdero.

     

    Les gens, les scènes, les lieux se succèdent dans ce recueil de récits, de poèmes brefs ou en prose, à travers une géographie de l’errance. 

    En marge, sans papiers et métissés, ils donnent la parole aux invisibles, aux vacanciers à la dérive, poètes voyageurs, adolescents sur la route, couples et solitaires, inconnus qui se déplacent du sud de Marrakech jusqu'à Marseille. 

     

     […] je recueillerai les images, les mots, les silences, comme on récupère l'eau de pluie, avec l'attention de la soif toujours possible. Mais mon témoignage de vie restera sans papiers. L'important n'est pas écrit. […] 

    Mireille Didero

     

    Pour la sortie du livre vous aurez la chance de pouvoir rencontrer Mireille Disdero, à diverses occasions entre le 14 novembre et le 1er décembre. En effet, ses visites en France sont peu nombreuses puisqu'elle vit depuis quelques années en Thaïlande. Prochainement, je vous ferais le détail de ces temps forts.

    Pour les souscripteurs proches du Luberon, à réception des livres nous vous proposerons une soirée apéritive pour retirer votre livre, mais surtout pour rencontrer Mireille dans une ambiance conviviale et décontractée.

    Pour une présentation détaillée des Écrits sans papiers. Pour la route, entre Marrakech et Marseille de Mireille Disdero et y souscrire, merci de télécharger le document ci-dessous.

    Télécharger « Souscription_Écrits_sans_papiers-lBl.pdf »


    votre commentaire
  • Cette semaine aux éditions la Boucherie littéraire, nous mettrons en ligne sur le blog le bulletin de souscription de notre prochaine publication : Écrits sans papiers. Pour la route, entre Marrakech et Marseille de Mireille Disdero. En attendant, poursuivons avec ses mots, un peu ce voyage en méditerranée qu'elle nous offre en partage...

     

    Cachées dans la lumière

     

    Assis en tailleur, à l’ombre, des vieux jouent aux dominos sur la place qui touche le port. Et tout en haut, sur un muret couvert de signes, comme de jeunes aigles, trois gars chassent de la pointe du regard.

    Fronçant les yeux jusqu’à la ride, ils scrutent les terrasses, les toits et les jardins. Ils aimeraient surprendre les filles cachées dans la lumière comme des bijoux de verre poli par la blancheur aveuglante de midi.

    Les vieux assis en tailleur se souviennent des vagues de chaleur qui lèchent la peau, là-haut, sur le muret couvert de mégots, à Tanger.

     

    Vers le Détroit de Gibraltar (Tanger – Maroc)


    votre commentaire
  • Les premiers poètes

     

     

      Suite au succès de la première édition du concours Les premiers poètes initié par l’association la Boucherie littéraire, demain débute la deuxième session de ce  concours de poésie francophone pour les enfants de 7 à 12 ans.

     

       Il débute le 1er octobre 2015 et se termine le 6 février 2016 inclus.

     

    Pourquoi Les premiers poètes ?

     

    À la Boucherie littéraire nous aimons la poésie. Nous pensons que les enfants sont les premiers poètes, « les seuls vrais poètes » comme diraient certains. C'est-à-dire des poètes qui ne se savent pas et qui écrivent sans le poids des références, presque toujours décomplexés du regard des autres et offrant bien souvent des écrits que nombre d'adultes jalousent.

     

    Nous aimons peu le terme « concours » ou l'idée de concourir (dans un sens compétitif) à quelque chose, en particulier en matière de poésie. L'idée d'une compétition nous est méprisable.

    Ce n’est pas un concours pour être meilleur qu’un autre. Nous n’aimons pas non plus les mots « prix » ou « trophée » en tout cas dans le contexte de l'écriture.

     

    Mais il faut poser un nom, concours et les autres étant ceux qui viennent le plus « naturellement ». Les premiers poètes se veut un tremplin de la conscience d'un soi poète. Aussi, ce qui importe grâce ce concours c’est ce que l’enfant de part sa sensibilité et son imaginaire est capable de nous offrir. Ici ne sera pas récompensé le meilleur texte. Mais les prix seront attribués aux poèmes qui seront capables de toucher unanimement les membres du Jury.

     

    Grandes lignes

     

         L’accès au concours est libre, gratuit et sans inscription préalable ni adhésion à l’association la Boucherie littéraire.

    Ce concours s'adresse aux enfants de 7 à 12  ans scolarisés ou non. Trois catégories distinctes : les 7-8 ans : Potron-minet ; 9-10 ans : Aurore et 11-12 ans : Point du jour.

         Deux sections : ceux qui choisissent d'écrire sur le thème du Printemps des poètes de l'année en cous et ceux qui choisissent leur propre thème.

     

    Un jury composé de poètes et de personnalités du monde littéraire attribuera prix et mention spéciale du Jury.

    La remise des prix le dimanche le 3 avril 2016 dans l'après-midi sur le salon du livre Les Beaux jours de la petite édition à Cadenet dans le Vaucluse.

     

     Télécharger le « Règlement 2016 du concours Les premiers poètes.pdf »

     


    3 commentaires
  • En attendant le lancement de la souscription de la prochaine publication aux éditions la Boucherie litteraire : Écrits sans papiers. Pour la route, entre Marrakech et Marseille de Mireille Disdero, collection Sur le billot, à paraître en novembre 2015, en voici un extrait :

     

    À la poussière

    L’homme attend sur un banc. Seul, plié en deux, songeur, peut-être malheureux. Il est en noir et blanc. Mais derrière lui, comme sur un écran géant, un mur exulte ses couleurs chaudes qui hurlent. Le ciel d’un jour de mistral en rajoute. Alors, dans la ville, les contrastes s’affrontent, se cognent… tuent aussi, sûrement.

    Son sac de route coincé entre ses jambes, contre le banc, cet homme est d’ici car il vient d’ailleurs. Et ses chaussures, mangées par les chemins, racontent son voyage de poussière en poussière.

    Mireille Disdero
    Gare Saint-Charles (Marseille – France)


    votre commentaire
  • Via le blog du festival Poésie nomade en Luberon 

    A l'heure de la rentrée et de la course d'une reprise de vie souvent faite de stress et d'incertitudes sur ce que nous réserve le sors, j'ai décidé de m'attarder sur les belles journées de l'été passé et de la poésie vive dont nous nous nourrissons encore, tant les moments de partages furent beaux et intenses.

    Je ferais ici une rétrospective des moments forts de Poésie nomade en Luberon au rythme du temps que je prendrais... sans le rendre.

     

    Souviens-toi...

    Vendredi 17 juillet, la chaleur caniculaire commençait à tomber dans les Jardins de la mairie à Cadenet... C'était l'inauguration des nomades qui s'étaient donnés rendez-vous dans le Luberon.

     

    Cliquez sur les photos pour les agrandir

     

    Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015

    (1)

    Pas de festival sans nomades...

    Ainsi présentation, de gauche à droite sur la première ligne : Émanuel Campo, NatYotPatrick Dubost à moins que ce ne soit Armand le Poête (?), Jean Azarel , Marlène Tissot, Yves Artufel, Brigitte Baumié. De droite à gauche sur la deuxième ligne :
    Thierry Roquet, Frédérick Houdaer, Hélène Dassavray, Antoine Gallardo, Jean-Claude Bernard & Dominique Oury.

     

    Un festival de poésie... Pour ne pas mourir !

    Lecture performance sur un texte de Patrick Dubost

    avec des nomades et d'anonymes voyageurs.

     

    Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015  Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015

     

     

                            (2)                                                      (3)                                        (4)

     

    Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015 Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015           (5)                                        (6)                                            (7)                                  (8)

     

     

     

     

     

    Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015

     

     

                        (9)                                      (10)                   (11)                                     (12)

     

     

     

    Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015

     

     

                           (13)                                        (14)                                               (15)

     

    Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015

                    (16)                                        (17)                                                             (18)

     

    Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015

     

     

                        (19)                                                         (20)                                                                 (21)

     

    Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015Autres souvenirs de "Poésie nomade en Luberon" - été 2015

               (22)                                        (23)                                   (24)                                  (25)

    Pour cette inauguration, merci également à nos partenaires qui nous ont soutenu durant cette aventure. Que soit ici remercier la commune de Cadenet, l'association Sculpture en balade, la Brasserie Artisanale du Luberon, le Domaine des Jardinettes et la boulangerie Arnaud à Cadenet.

     

    Crédits photos :

    (1) : Catherine Marion du journal Vaucluse-Matin

    (2) à (12) : Thierry Roquet.

    (13) à (25) : Antoine Gallardo


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique