• Découvrez et téléchargez ci-dessous leProgramme des Beaux jours de la petite édition 2015 programme du salon du livre Les Beaux jours de la petite édition 2015. Le salon se déroulera les 4 & 5 avril prochain à Cadenet (84) dans le Vaucluse.

    Pour rappel, les éditeurs que nous  mettons à l'honneur et qui seront présents cette année sont les éditions Les Carnets du dessert de lune (Belgique) et les éditions Gros Textes (05).

    Mais ils ne seront pas seuls... Ainsi le salon, en chiffres :

    Pour l'anniversaire des 5 ans des Beaux jours de la petite édition, se sont en tout 32 éditeurs qui ont répondu présent arrivant des quatre coins de la France, de Belgique et de Suisse.

    Sur le salon, 33 auteurs auront fait le déplacement pour rencontrer le public et lui faire découvrir leurs écrits et mettre en lumière le travail porté par leur(s) éditeur(s)...

    Une rencontre professionnelle, en partenariat avec l'Agence Régionale du Livre Paca, ouverte à tous les publics permettra d'échanger différents regards sur le livre numérique.

    1 performance poétique aura lieu dans la grande salle du salon.

    6 lectures croisées permettront la rencontre du dire et des mots.

    2 ateliers ludiques et créatifs pour tous.

    6 rencontres avec des éditeurs adulte & jeunesse.

    l lecture jeunesse.

    Et la remise des prix du concours de poésie Les premiers poètes initié par la Boucherie littéraire.

    Ci-dessous, nous espérons vous mettre l'eau à la bouche après avoir téléchargé le programme détaillé de cette cinquième édition.

     

    Télécharger le « Programme_des_Beaux_jours_de_la_petite_édition_2015.pdf »

     

     

    Programme des Beaux jours de la petite édition 2015

     

     


    votre commentaire
  • Tous les mois Patrick Joquel fait parvenir à qui veut la liste des livres qu'il a lu et qu'il a aimé. Ce mois-ci, dans la liste des commissions qu'il nous conseille il y a quelques p(H)ommes de terre...

     

    Cet étrange alliage laisse rêveur. Ouvre à la méditation. Un petit ouvrage plein de force et d’humanité.

     

    Ces pommes de terre que René Lovy a sculptées, séchées, photographiées, offrent chacune un visage humain. Comme des masques venues d’on ne sait quelles cérémonies religieuses oubliées… Comme des miroirs fendillés de nos conditions humaines…

     

    Les courts poèmes que Thomas Vinau donne à chacun de ces visages résonnent comme des gongs. Dans le silence qui suit chaque frappe vibre cet énigmatique sourire du mystère humain. Ce moment, souvent court, où chacun expérimente son moi éternel. Ce qu’il est réellement, profondément, au-delà du temps qui passe, au-delà des petites aventures quotidiennes, des distractions. Cet instant où l’on se sent vivant. Unique. Soi-même.

     

    Une forte alliance : deux voix qui se rejoignent et nous entraîne loin des cartes résolues, dans le flou de tout ce que l’homme a encore à découvrir sur lui-même et sur sa relation au monde.

     

    Patrick Joquel

    16 février 2015

    Patrick Joquel, né en 1959 à Cannes. Il lit et écrit principalement de la poésie mais pas uniquement. Il aime travailler avec les artistes et lire en public. Il dirige par ailleurs une micro maison d’éditions de poésie : les éditions de la Pointe sarène. Pour aller plus loin et découvrir ses dernières publications visitez son site.

    p(H)ommes de terre de René Lovy & Thomas Vinau, collection Les petits farcis, éditions la Boucherie littéraire, 72 pages couleurs, janvier 2015, 16,50 € 

    I.S.B.N. 978-2-9551283-0-5 — Distribution Serendip Livres


    votre commentaire
  • Notule parue ce 19 février 2015 dans Ça fait désordre :

    J’ai parlé de ce livre avant de l’avoir lu, j’en reparle après l’avoir lu. magnifique, drôle, grotesque, profond. Ne passez pas à côté. Sinon vous allez manger des médias indigestes à longueur de journée, ce qui ni bon pour l’âme, l’intelligence et l’estomac.

    Merci à François Bernheim qui a su ne pas passer à côté.


    votre commentaire
  • Merci à Mélanie Gautier, bibliothécaire à Fuveau (13), d'avoir eu un coup de cœur pour p(H)ommes de terre de René lovy & Thomas Vinau.

     

    Thomas Vinau fait partie de ces auteurs qui réconcilient le lecteur contemporain, souvent pressé, avec le plaisir de goûter la poésie, le plaisir de prendre le temps de savourer la plume.

     

    René Lovy nous offre dans cet ouvrage audacieux une magnifique réinterprétation de la rhétorique des passions antiques. Ses tubercules sculptés tendent un miroir à nos âmes... tandis que le poète nous propose ses mots pour panser nos maux.

     

    À déguster sans attendre les patates nouvelles !

     


    votre commentaire
  • Auteur, éditeur (revue & livres) et évidement lecteur Patrice Maltaverne pose son regard, et ses mots, sur des p(H)ommes de terre que l'on peut retrouver dans sa malle... En effet, Poésie chronique ta malle est un blog libre de chroniques poétiques qu'il anime depuis 2012. Merci à lui.

     

    "p(H)ommes de terres", de Thomas Vinau et René Lovy est un dialogue parfait entre textes et illustrations, premier né de la collection "Les petits farcis" des éditions La Boucherie littéraire.

     

    Pas n'importe quelles illustrations : celles de René Lovy sont des tronches de patates déformées par la vieillesse. Et je vous le confirme, les patates, quand elles ne sont plus très bonnes, ressemblent à ça. En même temps, elles deviennent, par certains de leurs côtés, bien plus belles qu'avant. Elles ressemblent à des vieilles têtes d'hommes bonnes à faire pleurer ou à faire peur si on les rencontre au coin d'une rue.

     

    Pas n'importe quels textes : ceux de Thomas Vinau qui, comme d'habitude, ne font pas dans le trop. Et qui gardent ici tout particulièrement leur lucidité.

     

    Des exemples ? "Le véritable / aboutissement / de la sagesse / c'est la pourriture"

     

    "Germer / Gémir / Durcir // C'est ma façon de mourir / qui me dessine"

     

    Souvent, ce sont les têtes de patates qui parlent. Souvent, mais pas toujours. Parfois, ce sont nos paroles, notre comportement qui blessent ou qui pénètrent ces faces de carême (noires) : "Je suis la première tronche / la première tranche de vide / la mère originelle / du noeud qui bat / dans ta poitrine". Ces patates sont le reflet de nous-mêmes, bien que ce ne soit pas toujours beau à voir, enfin pour celles et ceux qui croiraient à l'harmonie irréprochable de nos personnes...

     

    Patrice Maltaverne

    Des patates dans la malle...

    Revue Traction-Brabant  — Éditions Le Citron gare — Revue de revues C'est vous parce que c'est bienCritique libre de poésie Poésie chronique ta malle

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique