• Chronique qui arpente l'intime et ses mystères

     

    Patrick Joquel, une fois de plus nous livre ici ses mots qui sont un délicat témoignage de sa lecture du livre d'Hélène Dassavray : On ne connaît jamais la distance exacte entre soi et la rive.

     

    Des poèmes discrets. Des poèmes qui arpentent l'intime et ses mystères. Ces territoires corporels et charnels où l'on se love en ronronnant, ces territoires de plaisirs, de tendresse et de fulgurance, ces territoires jubilatoires et partagés... Ces instants d'ouverture où la vie traverse le corps et le laisse pantelant se dessiner un léger sourire, un sourire apaisé, un sourire infini.

    Des mots, pour un écho. Un partage. Une complicité. Un secret partagé du bout du silence, et de la lumière plein les doigts, plein les yeux.

    Des poèmes qui suivent la ligne de vie jusqu'à la source, jusqu'à se retrouver, soi, fragile et serein ; juste intégré au mouvement infiniment roulé de la vie.

     

    on ne connait jamais la distance exacte

    entre soi et la rive

    ni à quel moment la vie vous échoue

    sur les plages

    de votre mer intérieure

     

    Patrick Joquel
    www.patrick-joquel.com

    Chronique qui arpente l'intime et ses mystères

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On ne connaît jamais la distance exacte entre soi et la rive d'Hélène Dassavray, collection Sur le billot, éditions la Boucherie littéraire, 60 pages, décembre 2015, 11 €

     

    Disponible sur commande dans tous les libraires en France, Canada, Belgique et Suisse.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :