•  

     La poésie, personne n'en lit de Marc Guimo paraît le 4 mai 2018.

    "La poésie, personne n'en lit" de Marc Guimot enfin en souscription

     

    Je m'occuperais bien de toi
    poésie
    seulement si tu craches tes poumons
    et envoies au casse-pipe
    les formes avachies dans tes fauteuils
    tu n’as plus tellement le choix
    si tu veux échapper au musée
    et au lourd destin du dentier dans un verre
    il y a des gens qui veulent rire honnêtement
    et ils t’ont montrée du doigt

     

    La poésie, personne n'en lit

    En mode ironique et satirique l'auteur aborde comme un pirate le navire tranquille de la poésie. Manifeste ou antimanifeste, critique ou déclaration d'amour, coup de gueule ou coup de boule, farce ou attrape, le recueil ne refuse aucune étiquette, il les prend volontiers comme un peu d'essence pour pousser plus le bouchon, le lecteur étant prié d'allumer lui-même la mèche...

     

    "La poésie, personne n'en lit" de Marc Guimot enfin en souscriptionTravailler moins pour écrire plus, voici l’utopie fondatrice des lundis matins de Marc Guimo, avec pour conséquences, outre une sensible baisse de la croissance française, la lente maturation d’un plan d’évasion qui s'échafaude ici et sur quelques autres supports

    Site de l'auteur : www.marcguimo.com

     

     

    Un recueil à 90 euros ?

    La poésie au prix d’un grand parfum ?

    Une idée pourtant révolutionnaire, décapante, voire détartrante : injecter du luxe dans une activité en perdition, mais allez savoir pourquoi, mon éditeur n’a pas accepté la réforme de ses plans marketing. Ce sera donc plutôt le prix d’une place de ciné, sans la 3D, mais avec un casting de rêve : Baudelaire, Rimbaud, Johnny Cash, Jean-Luc Le Ténia, Pole Emploi, Ray-Ban, poètes à temps plein ou partiel, lecteurs, non-lecteurs, éditeurs, Maoris, sirènes, sectes et insectes.

    Sortie toujours prévue en librairie le 4 mai, mais pour un soutien plus ferme aux finances de l’éditeur, la souscription est ouverte jusqu'au 3 mai.

    Marc Guimo

     

    Quatre-vingts grammes de monde

     

    Ce qui est bien quand tu fais de la poésie, c’est que tu oublies très vite tes dettes et la pression au travail : elles ne s’effacent pas, aucun miracle, mais leur arrogance s’est éteinte. Le géant devenu petit soldat. Sous le talon. Au début tu écris parce que tu n’as pas de quoi te payer un massage ou un psy, puis tu continues comme on déroule la notice d’un remède, pour voir s’éloigner les conditions administratives de ce monde. Avec la poésie, tu ne montes pas dans l’échelle sociale, tu ne descends pas non plus, mais lorsque fatigué des écrans tu plaques devant toi quatre-vingts grammes de papier, une fois, deux fois, dix fois, c’est comme si tu faisais des faux billets. Quoi de plus palpitant que d’inventer sa propre monnaie ? Ta journée, c’est de la matière première, ta nuit c’est ta presse. Bien sûr il faut être patient et enchaîner les cafés, si la nature a mis neuf mois à t’établir sur Terre et des millions d’années pour t’offrir une origine, il est inutile de courir après le bus, marcher n’est pas ralentir, et le temps que tu perds à écrire n’est pas si paumé

     Marc Guimo

    Extrait de

    La poésie, personne n'en lit

    collection Sur le billot,

    la Boucherie littéraire

     

     


    votre commentaire
  •  

    En lice pour le Prix Réné-Leynaud 2018

     

    Plaisir de vous annoncer que les livres Mère d'Estelle Fenzy & EMOVERE de Nicolas Vargas, parus aux éditions la Boucherie littéraire en 2017, sont en lice pour le Prix Réné-Leynaud 2018.

    Affaire à suivre...


    votre commentaire
  •  

    Tous les ans au printemps, j’ai peur de mourir. Et  je ne meurs pas. Je me noie dans une fatigue sans
    fond.


    J’ai beau dormir, me retourner en long en large dans mon lit, le goût de vivre me résiste. Une mémoire obscure se glisse dans ma chambre d’ombre.


    De la lumière tombe goutte à goutte sur la peau des vitres, friable comme le sourire de l’air. Il pleut du ciel quand le ciel se sent seul. La pluie fait de moi
    un esclave de la fenêtre.

     

     Premières pages de "Où vont les robes la nuit" de D. Sampiero
     

     

    Un matin, j’ai ouvert toutes les portes de la maison et j’ai invité le nuage le plus animal à entrer. Puis j’ai décroché ta petite robe noire de son cintre de bois clair dans l’armoire cirée où dorment encore toutes tes enveloppes.

     

     

    J’ai entendu les autres fourreaux murmurer que j’étais un assassin de les priver de ta plus belle peau.


    Un vent chargé de ton parfum a soufflé doucement à l’intérieur.


    À l’intérieur du bois des meubles.


    À l’intérieur du bois de mes mains.

     
     

     

    Alors j’ai marché dans toutes les pièces de la maison comme au premier jour de notre rencontre en tenant ta petite robe noire par la taille.


    J’ai souri au plafond, aux murs blancs qui portent encore la trace de toutes tes photos.


    J’ai souri au miroir qui porte encore la trace de mes lèvres sur ton front.

     

    Dans la chambre, j’ai déposé ton corps de soie nocturne entre les draps du lit ouvert. Je n’ai pas éteint au contraire, j’ai voulu voir fleurir sur ton col la fraîcheur de ton visage.

     

     
      ...

     

    Premières pages de "Où vont les robes la nuit" de D. Sampiero

    Dominique Sampiero, né en 1954 dans l’Avesnois (Nord). Instituteur et directeur d’école maternelle, il quitte l’Éducation Nationale en septembre 1999, pour se consacrer entièrement à l’écriture. Poète, écrivain, scénariste, il anime également des ateliers de parole et de création.

     

     

    Où vont les robes la nuit de Dominique Sampiero

    paraît le 2 mars 2018 en librairie.

     


    votre commentaire
  •  

    le ciel fleurit d’habitude 
    entre les bras d’un immeuble

    je convie l’imprudence à me suivre
    et m’ouvre le crâne sur une question


    le jour observe de loin mais refuse d’approcher


    je gratte le fond de mes poches
    et trouve une hypothèse oubliée
    gorgée d’excréments

    ne pas dire
    non rien de ce que j’ai vu


    je depose ma raison dans l’évier
    sans trop y croire

    ligoté sans réponse
    une question mutilée

     

     

    le soleil grimpe à l’échelle
    et repeint l’hémisphère
    en bleu de travail

    la ville étend ses rues
    de crève la dalle
    et déchire sa robe de béton


    nul piège au tableau
    mais l’odeur fumée du possible

    le ciel décoche une goutte
    puis une autre empennée

    je monte à cru le doute
    éperdument lapidé par une foule
    d’objections


    la pluie grésille dans mes cheveux

    elle inonde mes pensées
    et m’électrifie les poumons

    quelle heure est-il
    depuis mon éternel accident

    tard
    beaucoup trop tard
    excuse moi


    je caresse un manque d’oxygène
    et dépose à tes pieds
    mon dernier brin de salive

     

     

    le chant cru du réveil
    et déjà la circulation

    une première étincelle agrémente le plafond
    et mon filet de mauvaise haleine


    je creuse depuis hier
    mais n’en vois toujours pas le mobile

    je verse une goutte de pétrole
    dans mon bol de lait chaud
    et remue le fond de mes pensées

    la nuit coule entre mes cuisses et renaîtra bien de mes cendres


    je n’ai plus que la peau
    d’une enfance évidée
    numérotée
    bien greffée sur mon crâne

    je la porte aujourd’hui comme un visage empaillé

    je la porte aujourd’hui
    mais n’en dis rien s’il te plaît

    et garde l’œil éteint

     

     

    N. Gonzales & D. Sampiero en souscriptionNicolas Gonzales, acteur, traverse des expériences artistiques très diverses, depuis le théâtre rituel balinais au théâtre performatif brésilien, jusqu’aux scènes plus classiques du théâtre français. Assoiffé de nouvelles étincelles, il continue à frotter des silex, et maintenant les mots, pour faire apparaître d’autres horizons.

     

     

    La rotation du cuivre de Nicolas Gonzales paraîtra le 2 mars en librairie.

     

    Une souscription est ouverte afin de permettre de financer l’édition d’un livre avant sa disponibilité en librairie.

    Si vous souhaitez soutenir les éditions la Boucherie littéraire, vous pouvez devenir adhérent et de fait bénéficier de 25% sur le prix public de chaque livre lors des souscriptions.

    Ici, pour la souscription des deux* livres en même temps, la réduction accordée aux adhérents à la Boucherie littéraire avoisine les 30 %.

    Télécharger

    le Bulletin_de_souscription

    La_rotation_du_cuivre.pdf

     

    Premières pages de "La rotation du cuivre" de Nicolas Gonzales

    Télécharger le Bulletin_de_souscription_Cuivre_&_Robes.pdf

     

    *paraît le même jour Où vont les robes la nuit de Dominique Sampiero.


    votre commentaire
  •  

    Souscription ensemble ou séparément

    Valable jusqu'au 1er mars 2018 inclus

     

    N. Gonzales & D. Sampiero en souscription

          

    N. Gonzales & D. Sampiero en souscription

    Télécharger

    le Bulletin_de_souscription

    La_rotation_du_cuivre.pdf

     

    Télécharger

    le Bulletin_de_souscription_

    Où_vont_les_robes.pdf


    Télécharger le Bulletin_de_souscription_Cuivre_&_Robes.pdf



     

    Un extrait de La rotation du cuivre

     

    trois heures
    et quelques notes de sommeil

    les premières salves de café inondent ma langue de porcelaine


    je me tiens nu sur la rive
    d’un angle droit
    les mains tressées dans le dos

    je dévore à pleines dents mon contrat d’aliéné
    mes engagements d’amniotique


    un bouquet d’hirondelles fleurit dans mes pensées

    je n'ai rien pour la barque
    désolé pas de fil
    ni d’obole dans la bouche

    mais une pâle cloison de rides
    éperdument irriguée

     

    Présentation de La rotation du cuivre

    C'est une marche ontologique. Traversée cinématographique à travers une forêt goudronnée. La rotation du jour et d'un suicide qui recommence est le cœur du récit. Ce recueil est un mouvement de l'aveu, un relâchement de tous les contrôles de routine, un refus de l'immobilisme et surtout, de l'incontournable putréfaction.

     

    N. Gonzales & D. Sampiero en souscriptionNicolas Gonzales, acteur, traverse des expériences artistiques très diverses, depuis le théâtre rituel balinais au théâtre performatif brésilien, jusqu’aux scènes plus classiques du théâtre français. Assoiffé de nouvelles étincelles, il continue à frotter des silex, et maintenant les mots, pour faire apparaître d’autres horizons.

     

     

    * * * * * * *

     

    Un extrait de Où vont les robes la nuit

     

    En m'unissant à toi par cette lettre signée au murmure des horloges, dans le vacarme assourdissant du vide blotti comme un enfant dans le ventre des ténèbres, je m’invente plus vrai, plus pur, comme je ne l’ai jamais rêvé. Même si les caresses dans le monde d’ici n’existent plus, je les écris pour que leur écho te réchauffe. 

     

    Présentation de Où vont les robes la nuit

    Ensemble de proses nées lors d’une insomnie, la nuit de la saint Valentin. Une consolation est imaginée dans cette conversation avec une robe. Ce texte cousu à l’endroit à l’envers invente une doublure au manque pour rendre supportable la douleur. Chaque prose imagine une photographie à laquelle s’adresse notre solitude. 

     

    N. Gonzales & D. Sampiero en souscription Dominique Sampiero, né en 1954 dans l’Avesnois (Nord). Instituteur et directeur d’école maternelle, il quitte l’Éducation Nationale en septembre 1999, pour se consacrer entièrement à l’écriture. Poète, écrivain, scénariste, il anime également des ateliers de parole et de création.

     

     

    * * * * * * *

     

    Qu'est-ce qu'une souscription ?

    Voilà une question récurrente...

    Souscription le mot n'est pas très glamour, mais férocement utile dans la sphère de l'édition de poésie.

    La souscription est un pré-achat permettant de financer l’édition d’un livre avant sa disponibilité en librairie. En achetant aujourd’hui en souscription, vous nous aidez à publier le prochain recueil.

    Si vous souhaitez soutenir les éditions la Boucherie littéraire, vous pouvez devenir adhérent et de fait bénéficier de 25% sur le prix public de chaque livre lors des souscriptions.

    Ici, pour la souscription des deux livres en même temps, la réduction accordée aux adhérents à la Boucherie littéraire avoisine les 30 %.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique