•  

    En souscription jusqu’au 22 juillet 2016

    Sortie le 23 juillet à Sète au Festival Voix Vives en présence de Patrick Dubost

    En commande en librairie dès le lundi 25 juillet

     

    Souscrivez au prochain titre à paraître de Patrick Dubost

     

    Vous avez jusqu'au 22 juillet 2016 inclus

    pour pré-acheter 13 poèmes taillés dans la pierre de Patrick Dubost

    dans la nouvelle collection La feuille et le fusil.

     

    (Couverture non contractuelle)

     

    Un des 13 poèmes

    Souscrivez au prochain titre à paraître de Patrick Dubost

    À l’origine

    Ces 13 poèmes taillés dans la pierre ont été composés par Patrick Dubost dans un monastère de l’ordre des Chartreux, la Chartreuse Notre-Dame-des-Prés de Neuville-sous-Montreuil dans le Pas-de-Calais, lors d’une résidence d’écriture en 2015.

     

    Leur forme s’est imposée lentement, dans ce lieu où les angles droits sont partout, les rectangles trop évidents, les obliques rares et précieuses.

    D’où ces textes en contreforts, gravés en creux dans la pierre blanche et crayeuse du langage, écrits en athée respectueux de ces espaces de foi et de croyance

     

    Ainsi cohabitent : la contemplation, la présence douce et tranquille de la mort, une perception sensible de l’écoulement du temps, tout en lenteur. Un bain de métaphysique ordinaire,  le mot « amour », jamais bien loin, dans son acceptation la plus large. Le présent lumineux à tout instant de mille racines jetées dans le passé.

     

    Patrick Dubost travaille la poésie de sorte que chaque recueil s’appuie sur un dispositif sonore, visuel et poétique autonome.

     

    L’auteur

     

    Après des études de mathématiques et de musicologie, Patrick Dubost a publié en poésie une quarantaine de livres qui, tout en jouant dans les yeux, demandent à être lu à voix haute. Ce travail sur l'oralité l'a conduit vers la performance, mais aussi aux rencontres avec le théâtre, la marionnette, ou les univers musicaux (instrumentistes ou électro-acoustiques).

     

    La collection

     

    Un poème fraîchement offert par son auteur repose sur une planche en bois debout.

    Dans le prolongement de la sensibilité et de la créativité de l'éditeur, on trouve la feuille dans une main et le fusil dans l'autre.

    La feuille, aussi massive soit-elle, est capable de finesse si l'on sait ajuster la pression sur la longueur du fusil et la manier sans jamais émousser son tranchant.

    L'une et l'autre participent à parer, avec délicatesse, la poésie confiée aux bons soins du boucher.

    Dans un format à la mesure prédéfinie, c'est l'essence du texte qui façonnera le livre en imposant le choix du papier, sa couleur, sa texture, sa main, son bruit... Il en est de même pour les procédés d'impression ou encore celui d'une reliure adaptée selon la nature des écrits.

     

                                                      

    Le Livre

     

    Souscrivez au prochain titre à paraître de Patrick Dubost

     

    Format fermé

          21 cm x 15,2 cm

     

    Nombre de pages 38

     

    Tirage

     entre 500 exemplaires

     

    Façonnage

           Dos carré collé

     

    I.S.B.N.

       978-2-9551283-5-0

     

     (Tintoretto couleur approximative)

     

     

     

    Couverture (avec rabats de 8 cm)

     

                        Impression :

               numérique quadrichromieSouscrivez au prochain titre à paraître de Patrick Dubost

            Caractères typo par foulage

                   Papier Fedrigoni :

         Tintoretto Ceylon Zenzero 250 g

     

    Corps d’ouvrage

     

                        Impression : 

           Impression en noir recto/verso

                   Papiers Fedrigoni :

            Woodstock Pistacchio 110 g 

         Tintoretto Ceylon Zenzero 140 g

                         (Pistacchio couleur approximative)

      

    Télécharger « Bull-Sous_13_complet.pdf »

    Télécharger « Bull-Sous_13_seul.pdf »

     

    13 poèmes taillés dans la pierre, Patrick Dubost, Collection La feuille et le fusil,

    éditions la Boucherie, 38 pages, juillet 2016, 13 euros.


    votre commentaire
  •  

     

    Dernières livres chroniqués dans la collection "Sur le billot" En juin, Michel Baglin, écrivain et responsable de la revue Texture a chroniqué On ne connaît jamais la distance exacte entre soi et la rive d'Hélène Dassavray et Maison. Poésies domestiques d'Emanuel Campo.

     Je vous recommande vivement de vous perdre dans le site de la revue !

     

    Dernières livres chroniqués dans la collection "Sur le billot" Par ailleurs, dans la revue Décharge 170, Jacmo (alias Jacques Morin, le fondateur de la revue) a chroniqué Lame de fond de Marlène Tissot.

    Et pour mieux connaitre cette revue, je ne saurais que trop vous recommander d'écouter l'émission radiophonique Caractère de Bourgogne consacrée à la revue Décharge et à Jacques Morin son créateur.

     

    ici

     

     

    Voici les chroniques de Michel Baglin

    Dernières livres chroniqués dans la collection "Sur le billot" Hélène Dassavray : On ne connaît jamais la distance exacte entre soi et la rive

     
    « Si les éditions la Boucherie littéraire ne devaient avoir qu’une seule collection, ce serait Sur le billot » prévient Antoine Gallardo, le directeur de ces jeunes éditions, qui organise aussi le festival Poésie nomade en Luberon. C’est dire l’importance qu’il accorde aux recueils qu’il y accueille, misant sur leur singularité, l’œuvre publiée s’inscrivant selon lui « dans un sillon inexploré ou peu visité de la poésie ».
    Tel est le cas de « On ne connaît jamais la distance exacte entre soi et la rive » d’Hélène Dassavray, troisième titre de cette collection. Les poèmes y évoquent tous le plaisir et l’amour qui « coule de source », et plus précisément celui de la femme dite fontaine à l’heure de l’orgasme. Les mots laissent donc s’écouler « parfois un fleuve / avec son tumulte / parfois une fontaine / parfois un geyser / parfois une rivière / d’eau douce et salée / comme des larmes / sans la tristesse ». Pour trivial que soit le sujet et parfois la situation - « Par le canal des désirs / et leurs combinaisons / passés les récifs et l’écluse / les chants des sirènes / et les échos des Lorelei / l’héroïne se confond en excuses / et change les draps » - la féminité s’y livre et délivre avec délicatesse et la force d’une souveraineté reconquise.
    Hélène Dassavray, également romancière, qui dédie son livre « à (s)es ainées et leurs combats pour (s)a liberté » comme « aux hommes attentifs », célèbre le corps et la liberté des désirs exaucés et, somme toute, la rencontre réussie. Avec l’autre, mais aussi, et plus secrètement, avec soi-même : « un jour elle est devenue confluent de ses propres chemins ». Voilà une quête de plénitude et de réconciliation aboutie, quand on accepte la confrontation avec le vertige de vivre et sa part obscure, ce que traduit bien cet extrait : « On ne connaît jamais la distance exacte entre soi et la rive / ni à quel moment la vie vous échoue / sur les plages / de votre mer intérieure. »

      

    Dernières livres chroniqués dans la collection "Sur le billot"

    Emmanuel Campo :

    Maison. Poésies domestiques


     
     Premier recueil de son auteur, ce deuxième titre de la collection Sur le billot de la toute jeune maison d’édition La Boucherie littéraire (voir ci-dessus) sait manier la dérision et l’autodérision : « Tu me dis que tu aimes bien la poésie. / En particulier ces courts poèmes japonais / Les sudokus. »
    L’humour y décape et y malmène le conformisme domestique, mais chacun y reconnaîtra un peu de ce qui fait l’ordinaire des jours à la fois boiteux et attachant. Car c’est le quotidien qui est ici caricaturé, moqué et secrètement célébré, entre le biberon du gosse, les SMS, les engueulades, la poubelle et une lecture publique pas très convaincante…
    « Tenir / au milieu des formulaires / dans le bruit des machines domestiques / avec l’appréhension du chômeur / en fin de droits / la chaleur ruisselante de ce début d’été / qu’on n’a pas vu venir / qui salement s’est plantée sous les bras / alors qu’on traînait dans l’appart’ / les fringues de la veille / et la coupe du lendemain. »
    Emanuel Campo, 32 ans, Français et Suédois, jette volontiers des ponts entre les disciplines, puisqu’il est à la fois poète, musicien, performeur, comédien, etc. Les poèmes qu’il livre – ou lâche dans une « mise à flow » – doivent à ces divers domaines leur énergie, leur rythme, leur qualité de mises en bouche. Ils sont un vrai reflet de notre dérisoire modernité et de « l’inachevé qui nous traverse. »

     

    La chronique de Jacques Morin extraite de la page 137 de la revue Décharge N°170

     

    Dernières livres chroniqués dans la collection "Sur le billot"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dernières livres chroniqués dans la collection "Sur le billot"


    votre commentaire
  •  

    Dans la dernière émission de La route inconnue sur radio Grand ciel. Marlène Tissot y parle d'écriture, d'elle et des autres. Un pensée pour Patrice Maltaverne un autre de ses éditeurs.

    À écouter ci-dessous.

    La route inconnue est un magazine de poésie vivante : actualité éditoriale, interviews, chroniques. Animé par Julien Jubien. Chroniques : Claude Vercey, Patrick Joquel et Cécile Guivarch.


    votre commentaire
  •  

    Merci à Philippe Chauché, journaliste à Radio France et chroniqueur à la Cause littéraire d'avoir pris le temps de s'intéresser et de chroniquer les ouvrages de Mireille Disdero, Emanuel Campo, Hélène Dassavray et Marlène Tissot, tous les quatre publiés dans la collection Sur le billot des éditions la Boucherie littéraire.

     

    Quatre livres de La Boucherie littéraire

    Ecrit par Philippe Chauché le 12.04.16 dans La Une CED, Les Chroniques

     

    Ecrits sans papiers, Pour la route entre Marrakech et Marseille, Mireille Disdero

    Maison, Poésies domestiques, Emmanuel Campo

    On ne connaît jamais la distance exacte entre soi et la rive, Hélène Dassavray

    Lame de fond, Marlène Tissot

    Quatre livres de La Boucherie littéraire

      Ecrits sans papiers

    « Le sud lie ton corps au soleil / et la lumière en voyage / vient boire dans ta main ».

    « La lumière est perturbée par le vent. On sent que quelque chose existe. C’est humble, ça ne s’impose pas. Le vent. Le soleil ».

    « Et dans le ciel orange, deux gabians puis un avion au ventre blanc, tracent un trait de lumière sur ta mémoire pour plus tard ».

    Saisir ce qui nous saisit lorsque l’on va d’une ville à  l’autre, d’un port à un autre, lorsque l’on projette son corps, ses pensées et ses phrases de Marrakech à Marseille, avec des haltes hispaniques. Ces écrits, ces notes glanées, ces impressions, ces saisissements, ces éclairs, ces éclats donnent force et brillance à ce récit romanesque. Il y a là, chez Mireille Disdero, l’art de saisir sur le vif, comme on peut le dire d’un photographe qui sait voir, faire voir et finalement faire entendre.

     

    MaisonPoésies domestiques


    « Je compte lancer une revue de poésie avec dedans / un coussin / un meuble / un pouf / un shampoing anti pelliculaire / une platine vinyle / un forfait 2 heures + S.M.S. et M.M.S. illimités / un clic-clac / du rap etc… »

    « Tu t’es permis / de m’emprunter mon Bukowski / pour le lire aux toilettes. / Le glamour des premiers jours s’en est allé / comme des chevaux sauvages dans les collines ».

    Emmanuel Campo ne manque ni d’audace, ni de culot, il écrit comme s’il chantait, et d’ailleurs, il chante. Ses petites poésies résonnent comme des chansonnettes, d’enfance et de son âge, l’une donnant naissance à l’autre, des ritournelles. Ces Poésies domestiques misent sur la collection, la multiplication, la rencontre, la surprise, les mots qui se rencontrent pour la première fois ont souvent l’air surpris. L’auteur, joueur, en joue, s’amuse des phrases reçues et des situations inventées ou supportées, et tout cela fort heureusement n’a aucune incidence sur la rotation de la planète.

     

    On ne connaît jamais la distance exacte entre soi et la rive


    « Parfois un fleuve / avec son tumulte / parfois une fontaine / parfois un geyser / parfois une rivière / d’eau douce et salée / comme des larmes / sans la tristesse ».

    « … on ne connaît jamais la distance exacte / entre soi et la rive / ni à quel moment la vie vous échoue / sur les plages / de votre mer intérieure… »

    Un roman comme un corps en mouvement permanent, une fontaine de jouvence,  poétique, où à chaque mot, à chaque phrase, le corps se livre, comme un torrent. Joie du corps et des mots qui le dévoilent, où le corps en dit toujours plus, comme s’il ne cessait d’écrire ses aventures. Au centre de cette folle aventure du corps, l’origine de l’auteur, autrement dit l’Origine du monde et les grandes marées de l’amour.

     

    Lame de fond


    « Les heures se débobinent, Cancale se déplie comme un livre d’images. L’enfilade de restaurants entre l’Epi et la digue du phare. Le chemin des douaniers, les parcs à huîtres, les rochers. Le bruit des coquillages qui s’émiettent sous nos semelles. Je trinque à ton éternité en buvant l’horizon, d’un trait ».

     

    Lame de fond est un roman de la mémoire et de la mer, comme une chanson que fredonnait un chanteur de variétés aux longs cheveux blancs, le roman de la disparition d’un loup de mer. Un père, un frère, un ami, son visage, son corps, ses exploits marins, son odeur, sa passion hante la mémoire de la narratrice, et c’est à chaque page saisissant de justesse. La marée accompagne chaque page de ce minuscule livre, une marée de souvenirs, face à la mer, où les disparus ressemblent à l’éclat blanc d’un phare ou d’une page de Lame de fond.

     

    Philippe Chauché


    votre commentaire
  •  

    Il y a quelques semaines je m'entretenais avec Philippe Chauché, journaliste à Radio France et chroniqueur à la Cause littéraire. C'est sur le site de cette dernière qu'a été publié notre échange.

    En voici le contenu :

    Rencontre avec Antoine Gallardo de La Boucherie Littéraire

    Ecrit par Philippe Chauché 12.04.16 dans La Une CED, Les Dossiers, Entretiens

    Rencontre avec Antoine Gallardo de La Boucherie Littéraire

    Photo de Pascale Goze

    La Cause Littéraire : Vous parlez dans votre prière d’insérer d’un « cheminement et un mûrissement des désirs qui placent la poésie contemporaine sur son billot », pouvez-vous en dire plus ?

     

    Antoine Gallardo : Le cheminement et le mûrissement des désirs sont bien ceux de l’envie d’éditer, de publier sous forme papier, bref de faire des livres. Aujourd’hui dans le Luberon mais demain peut-être ailleurs. Ce sont les rencontres qui favorisent la création, guère le lieu. Les premiers projets de publication avancés sont nés en l’an 2000. Il s’agissait de publier essentiellement de la littérature jeunesse et des contes étrangers pour enfants impliquant des travaux de traduction, le travail d’illustrateurs et le désir de publier sous format papier sans faire de livre, au sens codex moderne du mot.

    Mais en ayant reçu une formation en Métiers du livre et exerçant déjà en qualité de libraire sur les grands salons du livre de l’hexagone pour de grosses maisons d’édition ou de grandes librairies, je savais que le nerf de la guerre, au-delà des aspects financiers, est la diffusion/distribution. Il était hors de question de publier des livres sans avoir les moyens de leur faire rencontrer leurs lecteurs potentiels. A quoi bon avoir des cartons remplis de livres ? Est-ce rendre service au texte et à son auteur de les tenir enfermés au fond d’un garage en attendant d’hypothétiques ventes sur des salons du livre ? Être éditeur, selon moi, c’est 10% de création éditoriale et 90% de temps consacré à la promotion et la diffusion. Éditer c’est défendre un titre et son texte mais c’est surtout le porter et savoir que cela ne peut fonctionner que si on est prêt à le faire durant plusieurs années. Aussi, envisager de faire de l’édition et se passer des libraires relève, à mon sens, de l’absurdité.

     

    CL : Vous y défendez également une certaine exigence, dont vous avez fait preuve jusqu’à présent, comment l’entendre ?

     

    AG : Rien n’est facile. Aussi, ne surtout pas céder à la facilité. Par exemple, ne pas chercher à publier un nom, mais bel et bien le texte d’un auteur, ou sa création plastique. Je ne rejette pas le désir de voir le titre d’un auteur bien se vendre, au contraire. Mais la « fulgurance » du succès ne m’intéresse pas. Dans tout ce que je tente de faire et ce que je projette de réaliser, je cherche avant tout la pérennité. Pérennité de l’œuvre qui m’est confiée. C’est aussi pour cette raison que j’accepte rarement un texte et son titre dans l’état où je le reçois. Même si quelques heureuses exceptions arrivent comme de petits joyaux finement taillés. Cette exigence, je pense qu’il est permis de l’avoir plus aisément de par le statut de l’entreprise éditoriale. Car, même si je suis l’éditeur, au sens directeur de collection, laBoucherie Littéraire n’est pas une entreprise personnelle. Mais une structure associative.

     

    CL : Nous avons sous les yeux vos dernières publications, quatre recueils, entre récit romanesque et fiction poétique, c’est par là que vous affirmez votre ligne éditrice ?

     

    AG : Malgré les apparences, je ne publie que de la poésie. Il est vrai que la fiction et le récit dits poétiques sont au rendez-vous des dernières publications. C’est le cas de Lame de fond, de Marlène Tissot, qui s’inscrit pleinement dans le récit-fiction. Mais quoi qu’en disent l’auteure ou les lecteurs, j’ai publié avant toute chose un poème. Un poème fragmentaire s’il fallait le caser.

    La réalité de ce que j’affirme est que la ligne éditoriale n’est pas droite. La réalité est certainement liée au fait que je suis profondément attaché à la poésie. Que sa forme m’importe. Mais j’accepte qu’elle me surprenne, me fasse vaciller des fondations de ma culture.

    J’écris de la poésie depuis que je sais écrire.

    Je lis de la poésie depuis l’âge de 25 ans.

    J’ai publié à l’âge de 30 ans.

    J’édite depuis mes 43 ans.

     

    CL : Qui choisissez-vous d’éditer et pourquoi ?

     

    AG : En premier lieu je choisis d’éditer une poésie qui me touche, qui m’exalte ou qui m’abîme. Je publierais un texte qui lecture après lecture fera monter l’excitation du désir d’offrir à lire. L’envie de publier naît du désir de partager. Je choisis des textes dont je me sens la capacité de les porter des années durant et de les défendre avec la même conviction et les mêmes émotions que celles eues lors des premières lectures. À ce titre, je peux déjà vous annoncer que les prochains auteurs à paraître à la Boucherie Littéraire d’ici à la fin du premier semestre 2017, ordre non chronologique, sont : Patrick Dubost, Thierry Radière, Estelle Fenzy, Brigitte Baumié, Frédérick Houdaer, Isabelle Alentour…

     

    CL : Vous êtes aussi l’organisateur des « Beaux jours de la petite édition », à Cadenet dans le Luberon, avec quels objectifs ?

     

    AG : Avant toute chose je tiens à préciser que Les Beaux jours de la petite édition est un salon du livre généraliste et multi-générationnel spécialisé en petite édition. On y trouve autant de la bande dessinée, que de roman, de la poésie, de la jeunesse, du théâtre, que de livres portant sur l’économie et la politique ou traitant de la musique, du cinéma ou de la nature par exemple. C’est avant tout un salon d’éditeur, c’est-à-dire que pour qu’un auteur soit présent sur le salon, il faut d’abord que son éditeur le soit. Alors, avec la complicité de l’élue à la culture du Service culturel de la Mairie de Cadenet, dans le Vaucluse, il m’a été confié en 2011 la création d’un salon du livre. Ma seule contrainte était qu’il soit généraliste… pour le reste, j’avais carte blanche. Se sera donc un salon du livre pour tous, spécialisé en petite édition. Le pari était osé pour un village de 4000 habitants de se lancer dans pareille aventure. Créer un événement littéraire serti de maisons d’éditions dont personne n’avait jamais entendu parlé et dont la plupart des auteurs étaient incroyablement inconnus au bataillon de la lecture quotidienne…

    Voilà 6 ans que cela dure.

     

    CL : Et finalement qu’entendez-vous par petite édition ?

     

    AG : En soi, il n’y a pas de petits ou de gros éditeurs. Il y a seulement des femmes et des hommes, découvreurs et curieux par nature. Il n’y a que des éditeurs. Toutefois, le monde de l’édition est un iceberg dont on ne connaît bien que la partie émergée. Ceux qui façonnent la littérature contemporaine sont rarement à la lumière. Ils sont des mineurs de fond, des prospecteurs de pépites littéraires et parfois, grand bien nous fasse, des fous.

     

    CL : Vos projets pour demain ?

     

    AG : Capitaliser de bonnes âmes pour m’aider à l’année à l’organisation de ce salon du livre. Trop important pour une seule personne. Je ne suis plus capable de poursuivre seul. Pareillement pour le festival estival Poésie nomade en Luberon qui aura lieu cette année les 1, 2 et 3 juillet 2016 à Vaugines.

    Mes projets sont simples.

    Me dégager du temps.

    Vivre pour moi.

    Lire les livres que j’ai achetés ces 5 dernières années sans trouver le temps d’en lire un dixième.

    Écrire.

    Lire les autres, les publier, porter leurs écrits et les défendre.

    Inscrire leur œuvre dans un des sillons du temps.

    Les arroser d’incertitude mêlée au terreau de mes convictions.

    Et cultiver ce jardin avec la même douce passion qu’aux premiers jours.

     

    Philippe Chauché

    Son blog : Chauché-écrit


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique