• Estelle Fenzy nous parle du recueil d'Hélène Dassavray

    Estelle Fenzy, auteure de poésie qui commence à s'installer sérieusement dans le paysage éditorial actuel, nous livre son ressenti à la lecture du livre d'Hélène Dassavray On ne connaît jamais la distance exacte entre soi et la rive, paru dans la collection Sur le billot à la Boucherie littéraire en décembre dernier.

     

    Le recueil d’Hélène Dassavray, On ne connaît jamais la distance exacte entre soi et la rive, paru en décembre aux jeunes et prometteuses éditions La Boucherie Littéraire, est un déferlement.

    Dans une langue aussi vive que pudique, l’auteur dit de la femme ce qu’elle a de plus secret, de plus mystérieux, bien au delà de son sexe - origine du monde - peint par Courbet : la jouissance.

    Cette « source » évoquée dés le deuxième poème, c’est la vie, « l’essence », et l’on pourrait d’abord penser à un texte sur la maternité.

    Mais on lit «  fleuve, tumulte, fontaine, geyser, vagues ». Et l’auteure, complice confiante, parfois intimidée de son propre pouvoir, nous entraine jusqu’à perdre pied, jusqu’à espérer la soif vers le plaisir comme jaillissement.

    Comme énigme aussi, invisible, incommensurable aux yeux mêmes de « l’habile sourcier » qui le déverse.

    S’étonner, se découvrir, s’apprivoiser enfin en tant que femme, mère « qui suit son libre cours », toute puissante dans le flux de sa jouissance, voilà ce dont il s’agit. Une force qu’Hélène Dassavray nous offre avec une générosité magnifique.

    Un livre sur la féminité ultime, à mettre entre toutes les mains.

    Estelle Fenzy

    Estelle Fenzy à découvrir par ici, par  ou encore de ce côté.

     

    On ne connaît jamais la distance exacte entre soi et la rive d'Hélène Dassavray, collection Sur le billot, éditions la Boucherie littéraire, 60 pages, décembre 2015, 11 €

     


    votre commentaire
  •  

    Frédérick Houdaer auteur, éditeur, organisateur de manifestations littéraires, passeur de mots et bien d'autres qualités humaines en partage offre depuis quelques mois ses coups de cœur via sa chaine youtube.

    Dans la vidéo, du 29 décembre 2015, découvrez sa critique de Maison. Poésies domestiques d'Emanuel Campo.

     

    Vidéo maison pour une autre Maison

     

     

     

     

     

     

     

    Maison. Poésies domestiques d'Émanuel Campo, collection Sur le billot, éditions la Boucherie littéraire, 60 pages, décembre 2015, 12 €


    votre commentaire
  • Un tuk tuk à Bangkok

    Les Écrits sans papiers. Pour la route entre Marrakech et Marseille de Mireille Disdero font parlez d'eux jusqu'à Bangkok. En effet, dans le n°18 du Magazine Un tuk tuk pour Bangkok, Olivier Brousse en fait une très belle chronique. Merci à lui pour sa lecture attentive et délicate.

     

    Cliquez sur l'image pour l'agrandir

    Un tuk tuk à Bangkok

     

    Écrits sans papiers - Chronique d'une lectrice éclairée

     

     

     

     

     

     

     

    Écrits sans papiers. Pour la route, entre Marrakech et Marseille de Mireille Disdero, collection Sur le billot, éditions la Boucherie littéraire, 62 pages, novembre 2015, 12 €


    votre commentaire
  •  

    Reçu ce jour une belle chronique/analyse des Écrits sans papiers. Pour la route, entre Marrakech et Marseille de Mireille Disdero par Odette During, anciennement bibliothécaire. Je la remercie pour ce partage sensible.

     

    Écrits sans papiers est un beau projet, modeste et infini à la fois, troublant.

    Le meilleur de ce qu’on écrit est ce qui n’est pas encore écrit, ou ne le sera pas.

    Telle est l’adresse au lecteur.

     

    Gravés dans l’air, éphémères donc, ainsi seront la douleur des seuils, le silence, les ailes du papillon qui s’agitent sur la table du jardin, à moins qu’il ne s’agisse des pages ouvertes d’un livre, délavées par la pluie, illisibles.

     

    Qu’est-ce qui se cache dans la lumière ? Où s’abreuve t- elle ?

    Qu’est-ce que la pierre de voyage ?

     

    Le cœur des geckos bat dans leur gorge, un soir d’été, apaisement : « la beauté est partout. »

    Entre l’obscurité de la nuit et la clarté du jour brûlé, une voiture roule, le regard témoigne, et le poète s’incarne dans la chaleur, la lumière, et le vent.

     

    Il y a des fulgurances dans ces Écrits, des assonances, des jeux de mots ; des énigmes, des sentiments, la vitesse d’un road movie , l’accablement de l’été, le goût des couleurs et le goût de l’amour.

     

    Portés par des rythmes variés, ces poèmes en prose ou poèmes tout court réclament l’oralité : ils prendront ainsi leur envol, entre Marrakech et Marseille, jusqu’à Harar, peut-être ?

     

    Odette During

    Décembre 2015

    Écrits sans papiers - Chronique d'une lectrice éclairée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Écrits sans papiers. Pour la route, entre Marrakech et Marseille de Mireille Disdero, collection Sur le billot, éditions la Boucherie littéraire, 62 pages, novembre 2015, 12 €


    votre commentaire
  •  

    Cocooning & poésie activeEmanuel Campo est un casanier très actif et plus souvent dehors que dans la maison.

     

    Et il est encore temps de pré-commander votre exemplaire de son premier recueil très prometteur :

    Maison. Poésies domestiques.

     

    Pour vous en convaincre,

    lisez ce qui suit :

     

    Tu me dis que tu aimes bien la poésie.
    En particulier ces courts poèmes japonais
    les sudokus.

     

    ****

     

    Il n’y a de famille que s’il y a création
    Sans création il y a clan
    et des aïeux en guise de chefs de meute
    et des femmes et des hommes figés
    morts avant leur décès
    et toujours les mêmes plats
    et des haies feuillues autour des terrasses de chacun
    et des cousinades qui marinent
    et des oreilles fanées
    et des grappes vertes que l’on arrache
    et des prises d’escalade qui ne servent qu’à l’ascension
    des paroles les plus extrêmes
    et des corps incapables de pousser les meubles
    et des contrôles d’identité
    et de la radicalité de gouttière
    et des Dorian Gray qui ne savent pas lire les écrans
    et des citoyens « 2 point que dalle »
    de la rhétorique plutôt que des mots d’amour
    des discours plutôt qu’une histoire.

     

    ****

     

    Je sors d’un colloque sur l’état de la poésie dans notre région. Lors de la table-ronde Comment construire un projet avec un poète ? je pensais sans cesse à ma meuf. Notre projet de vie commune tient plutôt bien la route. J’aurais dû lui demander une contribution écrite. Elle aurait sûrement éclairé l’assemblée.

     

    *****

     

    Maison. Poésies domestiques paraîtra le 21 décembre 2015. Il paraîtra en même temps que On ne connait jamais la distance exacte entre soi et la rive d'Hélène Dassavray.

    Une souscription est ouverte jusqu'au 18 décembre inclus.

    Une soirée exceptionnelle, dans le Luberon, réunira Emanuel Campo et Hélène Dassavray à la Tour-d'Aigues le samedi 19 décembre.

    Vous pourrez les rencontrer en toute simplicité. Ils vous offriront un temps de lecture.

     

    Télécharger la « Souscription_Campo-Dassavray.pdf »

     

    La souscription est un pré-achat permettant de financer l’édition d’un livre.

    En souscrivant aujourd’hui,

    vous nous aidez à publier le premier livre d'Emanuel Campo.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique