• Patrice Maltaverne submergé par "Lame de fond" de Marlène Tissot

     

    Le pluridisciplinaire Patrice Maltaverne livre sur son blog de chroniques poétiques : Poésie chronique ta malle son ressenti à la lecture de Lame de fond de Marlène Tissot. (ici vous pourrez lire les 5 premières pages)

    D'un échange avec lui sur la réception et la lecture du recueil il dit ces mots qui me touchent (et auxquels j'adhère) :

    Tu penses que j'allais pas mettre longtemps à dévorer le Marlène Tissot ! Sitôt reçu, sitôt lu.  Que veux-tu, ce qu'elle écrit, elle l'écrit avec naturel et ça, ça vaut tout l'or du monde...

     
     
    Voici le dernier livre de Marlène Tissot, publié par les éditions "la Boucherie littéraire", le cinquième de sa collection "Sur le billot".
    Il s'agit d'une suite de proses consacrées au souvenir d'un proche disparu. Ce souvenir est prétexte à un retour dans les lieux (jusque dans la maison) où ce disparu a vécu. C'est dire combien le souvenir s'incarne au maximum. L'attitude de la narratrice pourrait être de le rejeter, de lui ôter sa substance, pour s'en détacher au plus vite. Eh bien non. C'est ce que j'ai particulièrement apprécié dans ce livre, cette façon de se sauver en se précipitant là où est le manque.
    La mer de Bretagne est également très présente dans cette "lame de fond", et c'est elle qui nourrit nombre d'images. C'est qu'il en faut du courage, parfois, pour se maintenir au dessus de la ligne de flottaison.
    Le style de Marlène Tissot restitue avec finesse les subtils atermoiements de l'âme. Il est connu pour cela déjà !
     
    Extrait de "Lame de fond" :
     
    "Une serveuse assise à la terrasse d'un restaurant vide. Ce n'est pas encore l'heure, plus la saison touristique, pas le week-end. Il n'y a pas grand chose à faire en cet instant, alors elle vient s'asseoir là et regarder la mer. Une veste d'homme posée sur ses épaules étroites. Une petite robe noire et un tablier blanc. J'essaie d'imaginer ce que verraient tes yeux s'ils étaient à la place des miens. Est-ce que tu la trouverais belle ? Tu disais que toutes les femmes étaient belles, sauf celles qui n'avaient pas de cœur".

    Patrice Maltaverne,

    17 mars 2016

     

    Lame de Fond de Marlène Tissot, collection Sur le billot, éditions la Boucherie littéraire,

    74 pages, 7 mars 2016, 12 euros. 

    Disponible sur commande dans toutes les bonnes librairies

     

     Il est important d'aller plus loin et découvrir la nébuleuse poétique de Patrice Maltaverne.

    Né en 1971 à Nevers, Patrice Maltaverne a publié des poèmes dans une trentaine de revues ou sites littéraires. Il est passionné de poésie... On s'en doute. Et il ne manque pas de corde à son arc.

    En effet, il anime la revue Traction-brabant depuis janvier 2004. Il rédige des chroniques de lectures pour le « Mensuel littéraire et poétique » et la revue « Diérèse » notamment. Il anime également un blog de chroniques poétiques : Poésie chronique ta malle. Par ailleurs, il tient une revue de presse des revues de poésie sur le net qu'il a nommé : C'est vous parce que c'est bien.

    Et comme si cela ne suffisait pas, en plus de tout cela et d'une active vie professionnelle il dirige également les éditions du Citron gare qu'il a fondé en 2012.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :