• Rencontre professionnelle aux Beaux jours...

    Pour la première fois, le salon du Livre les Beaux jours de la petite édition proposera, le samedi 5 avril, une matinée professionnelle. Mais cette dernière est ouverte à tous les publics qu’ils soient professionnels ou non. L'objectif est de mettre en évidence des problèmatiques pour poser des bases de réfexions et/ou apporter quelques informations ciblées. 

    Ce premier rendez-vous se fera sous forme de table ronde, avec une volonté de rencontre, d’échange et de dialogue.

    Cette rencontre professionnelle aura pour thème :

    Le Statut juridique d’une structure éditoriale. Impact ou intox ? (problèmatique ci-dessous)

    Rencontre proposée et animée par Hélène Delmas fondatrice des éditions le Mot fou, en présence d'éditeurs témoignant de leurs expériences et de leurs choix.

    Grâce au concours de l'Agence Régionale du Livre P.A.CA., nous accueillerons Pascal Arnaud qui prendra part à cette rencontre.

     

    Pascal Arnaud expert I.H.Fi (Institut de Haute Finance) a été durant 25 ans auditeur puis directeur financier avant de créer en 2006 une maison d’édition littéraire indépendante D'un Noir Si Bleu.

    Par ailleurs, il est chargé de cours dans le cadre de Masters II liés à l'univers du Livre, à l'Université Paris 13, à l'Université de Provence et celle de Bourgogne.

    Il est également consultant spécialisé et intervient pour des missions de diagnostic et d’accompagnement de maisons d'édition sur la demande de diverses institutions (Arald, Maison des associations de Quimper, A.R.L. P.A.C.A. etc).

    Pascal Arnaud est l’auteur du Manuel de gestion à l'usage des petits éditeurs (épuisé), et de Gérer une maison d'édition publié aux Presses Universitaires de Rennes en 2013.  

     

    Le statut juridique d’une structure éditoriale

    impact ou intox ?

     

    point-interrog

    Derrière le terme de « petite édition » se cachent une multitude de petites maisons d’édition réparties sur toute la France. Qu’elles aient accès aux librairies ou non, elles poursuivent un travail de recherche et participent à la diversité culturelle et littéraire en France.

    Aussi, il serait opportun de se questionner sur les différents statuts juridiques d’une maison d’édition. Pourquoi aborder aujourd’hui cette question alors qu’il existe des formations, des sites, des ouvrages spécialisés ?

    Pour la replacer dans son contexte.

    De la flopée des acronymes en tout genre en passant par l’association type 1901 ou la « très à la mode » auto entreprise ; quel statut choisir ?

    La réponse de la part de bureaux de conseils est souvent simple : « ça dépend », « chaque cas est différent », question souvent abordée d’un point de vue fiscal sans vraiment tenir compte de son impact au sein de la profession ni sur l’individu porteur du projet.

    Le travail est-il ou sera-il le même selon si l’on est en association ou inscrit au Registre du commerce et des sociétés ?

    Comment sont perçus ces différents statuts par les  « professionnels du livre » ? Quels impacts ont-il dans l’activité de tous les jours ? Quelle image renvoient-ils aux banques et fournisseurs ?

    Quant aux sociétés à responsabilités limitées sont-elles adaptées à ce secteur d’activité surtout lorsqu’elles ont une activité se rapprochant du but non-lucratif et que le gérant ne parvient pas à en tirer un salaire ? Par ailleurs, pourquoi parle-t-on peu, voire jamais, des sociétés coopératives et participatives ou ces sociétés coopératives d'intérêt collectif ?

     

    Le choix du statut est-il essentiel pour une maison d’édition ? Quels avantages et désavantages pour l’éditeur ? A-t-il un impact sur la pérennité d’une petite maison d’édition ? Pour quelles raisons certains éditeurs changent de statut en cours d’activité ?

    Texte de Hélène Delmas

    & Antoine Gallardo


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :