• Bonjour,

    Cette fin de semaine deux rendez-vous poésie avec les éditions la Boucherie littéraire sont prévus dans la vallée du Rhône, en Ardèche et dans la Drôme.

    Poésie & Boucherie le week-end du 14 juilletPour bien finir la semaine, je vous donne rendez-vous les 14 & 15 juillet à Hauterives dans la Drôme, où la Boucherie littéraire sera présente à l'invitation de la librairie le Baz'Art des mots.

    Pendant ces 2 jours, une vingtaine d’auteurs seront là pour lire et rencontrer le public, dans une ambiance conviviale. Le Baz'Art des mots a prévu une buvette, un Banquet du soir le 14 juillet suivi d'un concert et le repas du 15 au midi.

    Avec le concours de Katia Bouchoueva et mézigue nous ferons une lecture d'une sélection de textes des auteurs de la Boucherie littéraire le 15 juillet à 18h.

     

    Enfin rendez-vous, Poésie & Boucherie le week-end du 14 juilletvous est donné le 16 juillet enb Ardèche où le Comité Animation de Malbosc (C.A.M.)a le très grand plaisir de vous convier à la première Rencontre poétique de Malbosc qui se déroulera

    le dimanche 16 juillet 18h à la Chapelle Saint Blaise (au lieu dit le Chastelas, il y aura des fléchages).

    Afin d’y rencontrer et d’y écouter le poète Patrick Dubost qui dira les 13 poèmes taillés dans la pierre ainsi que quelques autres !

    La librairie partenaire des Vans La Belle Hoursette présentera sur le site les ouvrages de Patrick qui fera une signature dans la foulée !

     

    Repas tiré du sac après la lecture pour ceux qui souhaitent continuer la soirée. Buvette C.A.M en collaboration avec « la Treille » Si fesses fragiles penser coussin !!

    En cas de mauvais temps un repli est prévu à la salle des fêtes.

    Réservations/renseignements 06 14 04 27 56 et 04 75 36 81 16

     

    Voilà pour cette semaine, je reviendrais vers vous pour vous parler du festival de Sète en début de semaine prochaine.

    Je vous rappelle par ailleurs, que le lancement de la souscription pour le livre de Nicolas Vargas est ouverte.

    Belle semaine à tous en espérant vous croiser bientôt.

    Antoine Gallardo


    votre commentaire
  • EMOVERE

    de Nicolas Vargas

    En souscription jusqu’au 3 septembre inclus

     

    EMOVERE de Nicolas Vargas en souscription

     

     

    On s'était mis là pour bien voir
    quand elle passerait dans la rue
    On l'attendait

            L'émotion

    Le front contre la vitre
    la petite salive sous la langue...
    Et puis

            : quelque chose nous a tapé sur l'épaule...

     

     

    Descendre à sa cave de corps
    laisser la porte ouverte

    Sentir sur sa peau cette odeur
    humide

    familière

    S’enfoncer dans le couloir
    pas traîner les pieds

    une pointe soupir

     

     

    Maintenant cette respiration entre tes mains
    se love sur elle-même

    elle
    hoquette se
    resserre doucement autour de son
    nœud

    les murs passent par toutes les couleurs froides

     
    on sent bien
    le vent tourne

     
    La langue prend le corps sous le bras
    l’entraîne dans le virage en sueur

    attiré par l’odeur qui change
    il s’oublie
    se laisse aller dans le drap de cette scène

     

     

    Nicolas Vargas, né en 1980, a baigné dans EMOVERE de Nicolas Vargas en souscriptionla poésie sonore. Aussi sa grammaire est physique, gonflée par le poème.

    Maintenant, il ne s’embête de pas grand-chose. Son écriture sent le pigeon de ville, le café froid, le carrelage ancien. Quand elle se gueule de bois, Nicolas Vargas prend le relais, il se pupitre alors et convoque tout son corps pour expliquer pourquoi mademoiselle sent des pieds qu’elle a plats. Les jolis chiens en prennent pour leur compte.

    Ne cherchez pas la poussière sous le tapis : ici, les hésitations à ciel ouvert sont fertiles, c’est dans cette terre labourée que sont plantées, à la main, quelques confidences aigres-douces.

     

    Télécharger « Bulletin_de_souscription_EMOVERE...pdf »

     

    Souscription ?

    La souscription est un pré-achat permettant de financer les coût de fabrication d'un livre (l'impression).

    Pour que le livre puisse être disponible au Marché de la poésie, faut-il encore qu'il puissent être imprimé !

    Si vous souhaitez soutenir les éditions la Boucherie littéraire, vous pouvez devenir adhérent et de fait bénéficier de 25% sur le prix public de chaque livre lors des souscriptions.

     


    votre commentaire
  • "Lame de fond" de Marlène Tissot — Le dossier du Prix des Découvreurs

     

    Je reprends ici l'intégralité de l'article paru le 5 juin 2017 sur le site des Découvreurs animé par Georges Guillain.

    À la fin de l'article vous trouverez un lien pour télécharger le dossier complet de Lame de fond émit par le Prix des Découvreurs 2017-2018.

    Nous connaîtrons le nom du livre primé par les étudiants, lycéens et collégiens en avril 2018, d'ici là faite participer vos étudiants, lycéens & collégiens en vous inscrivant auprès des Découvreurs ici.

     

    SÉLECTION DÉCOUVREURS.

    GÉNÉROSITÉ DES MORTS. LAME DE FOND DE MARLÈNE TISSOT.

     

    « Je voudrais écrire mieux » affirme Marlène Tissot dans Lame de fond, l’ouvrage que nous venons de sélectionner pour l’édition 2017-18 du Prix des Découvreurs. Certes, malgré tout le talent dont un auteur peut disposer, il lui est difficile de hausser sa parole au-dessus des clichés qui s’offrent spontanément et de trouver les mots qui parviennent à répondre à l’appel que nous adressent les êtres et les choses par lesquels nous faisons parfois l’expérience de nous sentir traversés.
     
    Alors, dire ce qu’une jeune vie doit à une autre qui vient de disparaître et tenter de la reconstituer vivante au cœur d’un petit livre d’une soixantaine de pages, est une entreprise dont chacun comprend bien à quelles nécessités intérieures elle correspond et à quelles impossibilités bien sûr elle se heurte. Mais là est le combat depuis toujours de la littérature. D’affronter sa propre impuissance. Et de la cendre des mots tout faire pour qu’en rougeoie à l’intérieur de nous les braises.

    Lame de fond de Marlène Tissot, comme l’indique clairement son titre, est de ces livres portés par un désir et une maîtrise de parole qui parviennent justement à retenir un peu de ses chaleurs et de son mouvement à la vie qui déserte. Non à ressusciter bien sûr les temps ou les êtres pour toujours en-allés mais à les constituer quand même en vibrants paysages. Dans la perception juste et émotionnellement vérifiée de leurs distances. De leur durable et émouvante interpellation.
     
    À la lecture de ce beau livre, un jeune lecteur comprendra peut-être alors comment la quête de l’autre peut conduire à une redécouverte en profondeur de soi. Et quelles forces vives se communiquent parfois du souvenir des morts qui ont su nous aimer.
     
    Peut-être aura-t-il ainsi la chance de comprendre que nous ne sommes jamais seuls et que ceux qui sont condamnés à mourir vraiment sont ceux dont personne jamais plus ne se souvient. D’où la nécessité de se poser et reposer sans cesse la même question du sens que nous voulons donner à notre propre vie et de l’importance de ce que nous devons à ces morts généreux qui, n'ayant jamais de leur vivant tenté de nous soumettre aux tristes obligations de la réussite sociale continuent de nous encourager à « avancer dans la bonne direction ».
     
    Georges Guillain
     
    NOTE :

    Les extraits que nous proposons ici de lire seront repris dans le dossier final de l’édition 2017-18 du Prix des Découvreurs qui devrait être disponible début juillet.

     

    Télécharger « TISSOT-Prix_des_Découvreurs-2017-2018.pdf »

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires