• Editions la Boucherie ltitéraire

     

    Éditions la Boucherie littéraire

     

    Les éditions la Boucherie littéraire ont été créé en 2015 dans le Lubéron.

    Elles publient des textes d'auteurs contemporains offrant exclusivement à lire de la poésie.

    Les publications relèvent forcément de ma sensibilité. Je recherche une poésie à fleur de peau... Celle de l'intime, celle de la respiration.

    Mais celle qui sait aussi être incisive, avec du poignant, du saisissant, qui nous remue, qui nous fouille...

    La forme poétique privilégiée est le retour à la ligne.

    Les éditions sont menées avec  exigence que se soit dans l'accompagnement de l'auteur et son texte ou encore dans les choix  de papiers de création que de l'impression des livres.

    Par ailleurs, elles accompagnent le livre pour qu'il puisse rencontre son lecteur. Aussi dans un soucis constant de diffusion du livre, la Boucherie littéraire privilégie la vente en librairie.

    Les éditions la Boucherie littéraire ont le désir  d'offrir au lecteur une poésie qui les accompagnera tout au long de leur vie.

    Éditer est un acte de création à part entière.

     

    Je souhaite des destinations où je pourrais partager avec vous de nouvelles sensibilités et de belles rencontres humaines et littéraires.  Je ferais escale là où les mots et les blancs de la page distillent l'essence de poésie qui nous irrigue.

    Antoine Gallardo

     

    Aujourd'hui la maison d'éditions a deux collections :

     

    Sur le billot

    Dans une boucherie, le billot est l’une des pièces maîtresses comme la feuille qui l’accompagne. Il allie fermeté, esthétique et caractère.

    Si les éditions la Boucherie littéraire ne devaient avoir qu’une seule collection, ce serait Sur le billot.

    Car, c’est le lieu où je me dois de mettre en valeur les écrits des auteurs. Là, où je pense que l’œuvre publiée s’inscrit dans un sillon inexploré ou peu visité de la poésie.

    Sur le billot, on ne peut pas se défiler. J’y mets mes tripes et mon amour de la poésie pour la poésie.

     

    Cliquez sur les images pour les agrandir

    et les liens sous les livres pour

    télécharger la fiche de présentation du recueil.

     Editions la Boucherie ltitéraire  Editions la Boucherie ltitéraire

    M. Disdero_Écrits-sans-papiers.pdf

    Revue de presse à venir

    1ère édition

    E. Campo_Maison.Poésies_dom.pdf

    Épuisé

     
     Editions la Boucherie ltitéraire Editions la Boucherie ltitéraire

     

    H. Dassavray_On ne connaît...pdf

    Revue de presse à venir

     

     M. Tissot_Lame_de_fond.pdf

    REVUE DE PRESSE de "Lame de fond"

    En lice pour le Prix des Découvreurs 2017-2018

    Editions la Boucherie ltitéraire

    Editions la Boucherie ltitéraire

     J. Azarel_Le_ciel_du_dessous.pdf

    Revue de presse à venir

     Édition revue & augmentée

    E. Campo_Maison...Réédition.jpg

    REVUE DE PRESSE "Maison. Poésies domestiques."

     

     

    Editions la Boucherie ltitéraire

     

    N.Vargas_EMOVERE.pdf

     
       

    Données techniques

    Format fermé : 110 mm x 170 mn.

    À partir du titre Le ciel du dessous le tirage est de 500 ex, les titres précédents imprimés à 200 exemplaires ont tous été réimprimés d'autant.

    L'impression numérique se fait sur papier Munken Print Cream 115 gr/m2 pour l’intérieur et sur papier Fedrigoni Old mill Bianco en 250 g/m2 pour la couverture.

    Les livres sont imprimés en France par Yenooa dans les Bouches-du-Rhône.

     

    La feuille et le fusil

    Un poème fraîchement offert par son auteur repose sur une planche en bois debout.

    Dans le prolongement de la sensibilité et de la créativité de l'éditeur, on trouve la feuille dans une main et le fusil dans l'autre.

    La feuille, aussi massive soit-elle, est capable de finesse si l'on sait ajuster la pression sur la longueur du fusil et la manier sans jamais émousser son tranchant.

    L'une et l'autre participent à parer, avec délicatesse, la poésie confiée aux bons soins du boucher.

    Dans un format à la mesure prédéfinie, c'est l'essence du texte qui façonnera le livre en imposant le choix du papier, sa couleur, sa texture, sa main, son bruit... Il en est de même pour les procédés d'impression ou encore celui d'une reliure adaptée selon la nature des écrits.

     

    Editions la Boucherie ltitéraire Editions la Boucherie ltitéraire

    Editions la Boucherie ltitéraire

     P. Dubost_13-

    poèmes-taillés-dans-la-pierre

    Revue de presse à venir

    B. Baumié_paysages_

    intermittents.pdf

    Revue de presse à venir

    F. Houdaer_

    Nuit_grave.pdf

    Revue de presse à venir

     

    Editions la Boucherie ltitéraire

    Editions la Boucherie ltitéraire

     

    E._Fenzy_Mère.pdf

    Revue de presse à venir

    I._Alentour_Je_t'écris_

    fenêtres_ouvertes.pdf

    Revue de presse à venir

     
     
         

     

    Données techniques

    Format fermé : 152 mm x 210 mn.

    Tirage minimum de 500 ex.

    L'impression numérique se fait sur des papiers de création essentiellement de chez Fedrigoni, parfois de chez Artic Paper.

    Les livres sont imprimés en France par Yenooa dans les Bouches-du-Rhône mais aussi d'autres imprimeurs/éditeurs comme les éditions Harpo & qui ont effectué le foulage du 13 pour 13 poèmes taillés dans la pierre.

     

    Les petits farcis

    Editions la Boucherie ltitéraireCette collection est celle qui permis à la maison d'édition de se lancer. Toutefois, il n'est pas envisagé d'autre titre. La réalisation de ce type d'ouvrage est trop onéreuse pour notre structure.

    Les petits farcis favorisent l’interculturalité et les transversalités.

    Elle permet la rencontre et le partage entre un plasticien et un auteur. Ici l’image et le texte ne font qu’un, mais indépendamment l’un peut vivre sans l’autre. L’un et l’autre devienne une œuvre à part entière.

    Les petits farcis ne sont pas un prétexte à accommoder un écrit ou des illustrations. Ils se dégustent comme un met de choix.

    T.Vinau-R.Lovy_p(H)dt.pdf

    Revue de presse à venir

     

    Données techniques

    Format fermé :  105 mm x 148 mm.

    Tirage 750 ex.

    Impression offset sur des papiers de chez Artic Paper : Munken Pure 150 gr/m2 pour l’intérieur et sur papier Munken Pure 400 gr/m2 pour la couverture.

    Ce livre a été imprimé en France par I.G.C. Imprimerie à Saint-Étienne.

     

    Les éditions la Boucherie littéraire ne font pas de vente en direct*

     

    Elles soutiennent les librairies indépendantes qui conçoivent la vente de livres comme une contribution à la diffusion des idées, à l’émancipation sociale et individuelle, à l’éducation populaire et à la démocratie.

    La Boucherie littéraire érige et soutien toutes actions permettant de lutter contre les tentatives d’hyper concentration de la production éditoriale et d’uniformisation de la diffusion du livre conçue comme une distribution la plus rentable et rationnelle possible.

    Ainsi vous pouvez commander nos livres dans toutes les librairies de France, Belgique et  Suisse.

     

    Les éditions la Boucherie littéraire sont distribuées par Serendip Livres.

     

    * excepté sur les salons du livre & festivals où la Boucherie littéraire est invitée.

     

  • EMOVERE

    de Nicolas Vargas

    En souscription jusqu’au 9 septembre inclus

     

     

    Découvrez l'extrait vidéo d'une pièce chorégraphiée et dansée par Saballine Fournier, dite et écrite par Nicolas Vargas : EMOVERE.
     
    Cette vidéo pour vous rappeler que nous avons vivement besoin de vous pour permettre à ce texte d'exister sur le papier et donc nous permettre de réaliser l'impression du livre dont nous souhaiterions la sortie au début du mois de septembre.
    Mais également qu'il soit présent lors de la soirée poésie/danse qui sera programmée au prochain festival "Poésie dans le chais"qui aura lieu le vendredi 15 septembre à la Commanderie de Lacommande (64).
     
    EMOVERE c'est la trace à deux corps de cet espace, de ce moment, ce moment là, quand on aura lâché toutes les lignes, qu'il va falloir se retourner. EMOVERE ça serait l'écriture de ce quart de seconde amygdale.
     
    Danse : Sabaline Fournier
    Texte & lecture : Nicolas Vargas
    Lumière : Jean-Pierre Legout
     

     

     

    EMOVERE de Nicolas Vargas en souscription

     

     

    On s'était mis là pour bien voir
    quand elle passerait dans la rue
    On l'attendait

            L'émotion

    Le front contre la vitre
    la petite salive sous la langue...
    Et puis

            : quelque chose nous a tapé sur l'épaule...

     

     

    Descendre à sa cave de corps
    laisser la porte ouverte

    Sentir sur sa peau cette odeur
    humide

    familière

    S’enfoncer dans le couloir
    pas traîner les pieds

    une pointe soupir

     

     

    Maintenant cette respiration entre tes mains
    se love sur elle-même

    elle
    hoquette se
    resserre doucement autour de son
    nœud

    les murs passent par toutes les couleurs froides

     
    on sent bien
    le vent tourne

     
    La langue prend le corps sous le bras
    l’entraîne dans le virage en sueur

    attiré par l’odeur qui change
    il s’oublie
    se laisse aller dans le drap de cette scène

     

     

    Nicolas Vargas, né en 1980, a baigné dans EMOVERE de Nicolas Vargas en souscriptionla poésie sonore. Aussi sa grammaire est physique, gonflée par le poème.

    Maintenant, il ne s’embête de pas grand-chose. Son écriture sent le pigeon de ville, le café froid, le carrelage ancien. Quand elle se gueule de bois, Nicolas Vargas prend le relais, il se pupitre alors et convoque tout son corps pour expliquer pourquoi mademoiselle sent des pieds qu’elle a plats. Les jolis chiens en prennent pour leur compte.

    Ne cherchez pas la poussière sous le tapis : ici, les hésitations à ciel ouvert sont fertiles, c’est dans cette terre labourée que sont plantées, à la main, quelques confidences aigres-douces.

     

    Télécharger « Bulletin_de_souscription_EMOVERE...pdf »

     

    Souscription ?

    La souscription est un pré-achat permettant de financer les coût de fabrication d'un livre (l'impression).

    Pour que le livre puisse être disponible au Marché de la poésie, faut-il encore qu'il puissent être imprimé !

    Si vous souhaitez soutenir les éditions la Boucherie littéraire, vous pouvez devenir adhérent et de fait bénéficier de 25% sur le prix public de chaque livre lors des souscriptions.

     


    votre commentaire
  • Bonjour,

    Cette fin de semaine deux rendez-vous poésie avec les éditions la Boucherie littéraire sont prévus dans la vallée du Rhône, en Ardèche et dans la Drôme.

    Poésie & Boucherie le week-end du 14 juilletPour bien finir la semaine, je vous donne rendez-vous les 14 & 15 juillet à Hauterives dans la Drôme, où la Boucherie littéraire sera présente à l'invitation de la librairie le Baz'Art des mots.

    Pendant ces 2 jours, une vingtaine d’auteurs seront là pour lire et rencontrer le public, dans une ambiance conviviale. Le Baz'Art des mots a prévu une buvette, un Banquet du soir le 14 juillet suivi d'un concert et le repas du 15 au midi.

    Avec le concours de Katia Bouchoueva et mézigue nous ferons une lecture d'une sélection de textes des auteurs de la Boucherie littéraire le 15 juillet à 18h.

     

    Enfin rendez-vous, Poésie & Boucherie le week-end du 14 juilletvous est donné le 16 juillet enb Ardèche où le Comité Animation de Malbosc (C.A.M.)a le très grand plaisir de vous convier à la première Rencontre poétique de Malbosc qui se déroulera

    le dimanche 16 juillet 18h à la Chapelle Saint Blaise (au lieu dit le Chastelas, il y aura des fléchages).

    Afin d’y rencontrer et d’y écouter le poète Patrick Dubost qui dira les 13 poèmes taillés dans la pierre ainsi que quelques autres !

    La librairie partenaire des Vans La Belle Hoursette présentera sur le site les ouvrages de Patrick qui fera une signature dans la foulée !

     

    Repas tiré du sac après la lecture pour ceux qui souhaitent continuer la soirée. Buvette C.A.M en collaboration avec « la Treille » Si fesses fragiles penser coussin !!

    En cas de mauvais temps un repli est prévu à la salle des fêtes.

    Réservations/renseignements 06 14 04 27 56 et 04 75 36 81 16

     

    Voilà pour cette semaine, je reviendrais vers vous pour vous parler du festival de Sète en début de semaine prochaine.

    Je vous rappelle par ailleurs, que le lancement de la souscription pour le livre de Nicolas Vargas est ouverte.

    Belle semaine à tous en espérant vous croiser bientôt.

    Antoine Gallardo


    votre commentaire
  • EMOVERE

    de Nicolas Vargas

    En souscription jusqu’au 3 septembre inclus

     

    EMOVERE de Nicolas Vargas en souscription

     

     

    On s'était mis là pour bien voir
    quand elle passerait dans la rue
    On l'attendait

            L'émotion

    Le front contre la vitre
    la petite salive sous la langue...
    Et puis

            : quelque chose nous a tapé sur l'épaule...

     

     

    Descendre à sa cave de corps
    laisser la porte ouverte

    Sentir sur sa peau cette odeur
    humide

    familière

    S’enfoncer dans le couloir
    pas traîner les pieds

    une pointe soupir

     

     

    Maintenant cette respiration entre tes mains
    se love sur elle-même

    elle
    hoquette se
    resserre doucement autour de son
    nœud

    les murs passent par toutes les couleurs froides

     
    on sent bien
    le vent tourne

     
    La langue prend le corps sous le bras
    l’entraîne dans le virage en sueur

    attiré par l’odeur qui change
    il s’oublie
    se laisse aller dans le drap de cette scène

     

     

    Nicolas Vargas, né en 1980, a baigné dans EMOVERE de Nicolas Vargas en souscriptionla poésie sonore. Aussi sa grammaire est physique, gonflée par le poème.

    Maintenant, il ne s’embête de pas grand-chose. Son écriture sent le pigeon de ville, le café froid, le carrelage ancien. Quand elle se gueule de bois, Nicolas Vargas prend le relais, il se pupitre alors et convoque tout son corps pour expliquer pourquoi mademoiselle sent des pieds qu’elle a plats. Les jolis chiens en prennent pour leur compte.

    Ne cherchez pas la poussière sous le tapis : ici, les hésitations à ciel ouvert sont fertiles, c’est dans cette terre labourée que sont plantées, à la main, quelques confidences aigres-douces.

     

    Télécharger « Bulletin_de_souscription_EMOVERE...pdf »

     

    Souscription ?

    La souscription est un pré-achat permettant de financer les coût de fabrication d'un livre (l'impression).

    Pour que le livre puisse être disponible au Marché de la poésie, faut-il encore qu'il puissent être imprimé !

    Si vous souhaitez soutenir les éditions la Boucherie littéraire, vous pouvez devenir adhérent et de fait bénéficier de 25% sur le prix public de chaque livre lors des souscriptions.

     


    votre commentaire
  • "Lame de fond" de Marlène Tissot — Le dossier du Prix des Découvreurs

     

    Je reprends ici l'intégralité de l'article paru le 5 juin 2017 sur le site des Découvreurs animé par Georges Guillain.

    À la fin de l'article vous trouverez un lien pour télécharger le dossier complet de Lame de fond émit par le Prix des Découvreurs 2017-2018.

    Nous connaîtrons le nom du livre primé par les étudiants, lycéens et collégiens en avril 2018, d'ici là faite participer vos étudiants, lycéens & collégiens en vous inscrivant auprès des Découvreurs ici.

     

    SÉLECTION DÉCOUVREURS.

    GÉNÉROSITÉ DES MORTS. LAME DE FOND DE MARLÈNE TISSOT.

     

    « Je voudrais écrire mieux » affirme Marlène Tissot dans Lame de fond, l’ouvrage que nous venons de sélectionner pour l’édition 2017-18 du Prix des Découvreurs. Certes, malgré tout le talent dont un auteur peut disposer, il lui est difficile de hausser sa parole au-dessus des clichés qui s’offrent spontanément et de trouver les mots qui parviennent à répondre à l’appel que nous adressent les êtres et les choses par lesquels nous faisons parfois l’expérience de nous sentir traversés.
     
    Alors, dire ce qu’une jeune vie doit à une autre qui vient de disparaître et tenter de la reconstituer vivante au cœur d’un petit livre d’une soixantaine de pages, est une entreprise dont chacun comprend bien à quelles nécessités intérieures elle correspond et à quelles impossibilités bien sûr elle se heurte. Mais là est le combat depuis toujours de la littérature. D’affronter sa propre impuissance. Et de la cendre des mots tout faire pour qu’en rougeoie à l’intérieur de nous les braises.

    Lame de fond de Marlène Tissot, comme l’indique clairement son titre, est de ces livres portés par un désir et une maîtrise de parole qui parviennent justement à retenir un peu de ses chaleurs et de son mouvement à la vie qui déserte. Non à ressusciter bien sûr les temps ou les êtres pour toujours en-allés mais à les constituer quand même en vibrants paysages. Dans la perception juste et émotionnellement vérifiée de leurs distances. De leur durable et émouvante interpellation.
     
    À la lecture de ce beau livre, un jeune lecteur comprendra peut-être alors comment la quête de l’autre peut conduire à une redécouverte en profondeur de soi. Et quelles forces vives se communiquent parfois du souvenir des morts qui ont su nous aimer.
     
    Peut-être aura-t-il ainsi la chance de comprendre que nous ne sommes jamais seuls et que ceux qui sont condamnés à mourir vraiment sont ceux dont personne jamais plus ne se souvient. D’où la nécessité de se poser et reposer sans cesse la même question du sens que nous voulons donner à notre propre vie et de l’importance de ce que nous devons à ces morts généreux qui, n'ayant jamais de leur vivant tenté de nous soumettre aux tristes obligations de la réussite sociale continuent de nous encourager à « avancer dans la bonne direction ».
     
    Georges Guillain
     
    NOTE :

    Les extraits que nous proposons ici de lire seront repris dans le dossier final de l’édition 2017-18 du Prix des Découvreurs qui devrait être disponible début juillet.

     

    Télécharger « TISSOT-Prix_des_Découvreurs-2017-2018.pdf »

     

     


    votre commentaire
  •  

    Paraîtront le 9 juin prochain Je t'écris fenêtres ouvertes d'Isabelle Alentour et Mère d'Estelle Fenzy. En voici deux extraits pour le premier titre et un pour le second. Pour celles & ceux qui souhaitent nous soutenir dans notre démarche éditoriale, un bulletin de souscription est téléchargeable ici.

     

    Ne me montre pas laisse-moi voir ne me parle pas écoute ne me touche pas laisse-moi faire laisse-toi corps pouls et cœur laisse toi approcher envelopper contempler jouis de la lenteur mains venues retenues chair frôlée différée prolongée grains de peaux densité éprouve le suspens sur le bord de l’encore creux d’épaule et de mains ronds de hanches et de reins et de seins lèvres et langues nouées tout de sexes gorgées

    Se laisser arpenter parcourir découvrir entrouvrir et ouvrir agrandir et ouvrir et ouvrir plus encore s’éprouver adonnée consacrée s'abandonner encore à chaque élan de vie se sentir défaillir et renaître augmentée se laisser chavirer engloutir et ravir sans plus rien demander ni plus rien retenir

     

     

    Je t'écris fenêtres ouvertes

    Isabelle Alentour

    Quelques extraits des livres d'Isabelle Alentour et Estelle Fenzy

     

    La première lettre m’accorde à la nuit

     

    la seconde crève le silence

    et me parle de ce qui

    de toi

     

    s’avance et me défait

     

     

    Je t'écris fenêtres ouvertes

    Isabelle Alentour

     

    Quelques extraits des livres d'Isabelle Alentour et Estelle Fenzy

     

    Un enfant clair est assis sur une balançoire.

    Chaque jour bascule le suivant. Comme un petit domino. L’enfant bascule avec lui.

    Un matin, ses empreintes aux miennes se confondent. Penchée la joue, me voilà contre ses cheveux. Il me serre, c’est la force de l’homme.

    Je tends l’oreille, appelle sa voix de petit garçon. C’est une plus grave qui me répond.

    Je couds patiemment la clé de la maison à sa poche béante. Je sais sa faim de découvrir le monde. Ses dents blanches. Sa grâce à vivre fort.

    Je sais aussi l’abri, l’asile. L’envol, pas l’abandon.

    D’un beau garçon qui grandit je suis mère.

     

     

    Mère

    Estelle Fenzy

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique