• Photo Antoine LnP

    Retour de Sète.

    Semaine éprouvante quand on est seul... et fêtard.
    Les Voix Vives de Méditerranée en Méditerranée pour la première fois en qualité d'éditeur et ma troisième année de présence, où mes séjours à chaque fois sont de plus en plus longs.

    Pour la première fois, depuis des années, je n'organisais rien. Et ça fait sacrément du bien ! Mon avis sur le séjour est plutôt positif. Même s'il y a toujours à redire d'un gros festival comme celui-ci. Je reste choqué par l'abondance de poètes souvent mal rémunéré que l'on n'entendra jamais tant ils sont nombreux et des têtes d'affiche à l'affiche d'un festival de poésie où elles semblent s'être égarées et dont je ne comprends toujours pas l'intérêt.
    Mais de cette grosse machine qui manque parfois de délicatesse, et dont nombres de personnes en peignent des portraits peu flatteurs, pourquoi y revenons-nous tous ? Que se soit en festivalier, en poète ou en éditeur ?

    Alors, oui cette année il y avait moins de monde sur la place du livre, alors que les lectures où j'ai assisté débordait de public. Je n'imputerai pas la fréquentation à la qualité de la programmation, d'autan plus que cette année, sur la place du livre, j'ai particulièrement apprécié la présence quotidienne (durant deux heures) des auteurs programmés et des nombreux rendez-vous professionnels et musicaux... dont l'énergique et festif souvenir de Jamal El Kouasse accompagné de Javier Maroto et d'autres musiciens.

    Je ne fais pas abstractions de certaines tensions, mais je n'ai pas cœur de m'en souvenir ou de m'en formaliser. Je retiens que même à Sète, où le festival est énorme, comme dans de nombreux festival de poésie, le public à presque tout le temps le sourire aux lèvres, les plus grincheux et ronchons s'adoucissent, et l'ambiance dans les rues est festive et chaleureuse. Un vrai plaisir.

    Quoi qu'on en dise, quoi que j'en dise, j'ai été heureux de me trouver sur la place du pouffre malgré la frustration de ne pouvoir assister aux lectures.
    Éditer de la poésie n'est pas un acte de vente, mais de création poétique. Aussi !
    Au-delà de la lecture, l'écoute de voix nouvelles, ou pas, demeure (à mon sens) le fondement de l'édition de la poésie contemporaine.

    Je risque probablement d'en oublier beaucoup, mais qu'ils ne m'en veulent pas, je n'ai pas le désir d'être exhaustif... Je voudrais ici remercier toux ceux qui ces 10 jours passés m'ont fait sourire et aimer différemment chaque instant.

    Un immense merci à Hélène Dassavray et Emanuel Campo venus le 1er week-end soutenir les éditions. Mais aussi investir la place du livre avec leur voix et leur bonne humeur à la première rencontre le samedi 23 au matin animé par le délicat Michel Baglin.

    Un merci au « Maestro », Patrick Dubost, pour ses lectures de « 13 poèmes taillés dans la pierre » à chacune de ses interventions durant le festival. Et un autre merci pour sa disponibilité lors des signatures.

    Des pensées pour les auteurs absents : Thomas Vinau et René Lovy, ainsi que pour Mireille Disdero dont son livre « Écrits sans papiers. Pour la route entre Marrakech et Marseille » était en accord parfait avec le festival.
    Enfin une pensée particulière pour Marlène Tissot, qui aurait dû être des nôtres... Lui assurer que sa "Lame de fond" est venue déferler jusqu'à Sète.
    En 2017, j'espère de tout cœur que la plupart des auteurs de la Boucherie littéraire qui aimeraient être avec nous seront des nôtres.

    Merci à Natyot, Brigitte Baumié et Jean Azarel pour leur présence amicale et leur complicité. Présents pour Sète mais disponibles aussi pour des temps d'élaboration du programme du prochain Poésie nomade en Luberon (21, 22 & 23 octobre à Gordes).

    Un autre merci à Hélène, Emanuel, Natyot et Jean réunis, pour ce qu'ils sont, pour leur patience à mon égard. Le Boucher n'est pas toujours tendre. Je suis heureux de les savoir toujours là, malgré moi.

    Merci à Isabelle Alentour pour son soutien constant à la Boucherie et à sa présence aux côtés de Jean-Marc Audoin qui réalise comme à l'accoutumé de très belles photos que je partagerais avec vous prochainement.

    Merci à ces visages ou pseudos de facebook qui ont traversé l'écran et présents dès les premières heures d'ouverture de la place du Livre, que se soit l'Appel D'art en la personne d'Anne R. ou encore Anne Tempelhoff.

    Un solide merci à Romain Mollica, président de l'association la Boucherie littéraire et co-fondateur de Serendip livres, qui à la force des bras est venu à Sète chargé de plus de 300 livres afin d'apporter les réimpressions du livre d'Hélène Dassavray et de Mireille Disdero. Harassé, il est reparti le dimanche avec une première centaine de « 13 poèmes taillés dans la pierre » destinée aux libraires de France et de Navarre.

    Un incomparable et émouvant merci à mes compagnons des routes belles et sombres, nocturnes et diurnes sans qui la place du pouffre et les rues sétoises n'auraient jamais reçu autan d'amour, de douceur et d'humanité : Virginie Paultes des éditions Moires et Olivier Cabière des éditions L'Arachnoïde. Avec l'indéboulonnable envie de vous revoir bientôt...

    Merci pour la rencontre « touristique » avec Gilles Cabut du collectif Boxon.

    Mention spéciale à Catherine Serre qui a tenu le stand des éditions une après midi pour m'offrir la liberté d'une plume virevoltant d'une lecture à une terrasse amicale et à Carlo son mari, toujours souriant.

    Qui fait le lien et apporte la lumière en toute circonstance merci à Roselyne Sibille avec qui nous ouvrions tous les matins les stands en ce demandant ce que la nuit avait réservé à nos amis.

    Un merci à l'ami Cédric Lerible, pour son don d'ubiquité, de faiseur de liens et de partage le tout agrémenté d'un in-dévissable sourire.

    Une pensée à Maud Leroy, future éditrice des Lisières, partie trop tôt poussée par des ventes inexistantes...

    Et une autre mention spéciale à Pauline Catherinot, merci pour sa présence et nos discussions à propos de poésie et d'édition.

    Un merci aux autres lyonnais où nous avons enfin pu prendre du temps au temps pour approfondir nos relations ou mieux se connaître : Samantha Barendson & Jean-Christophe, Sandro et Jean-Baptiste Cabaud.

    Merci à ses rencontres heureuses avec des auteurs connus pour certains qu'au travers de leurs livres et pour d'autres le plaisir de les croiser à nouveau, même furtivement : Bruno Geneste, Thézame Barrême, Claude Favre, Julien d'Abrigeon, Isabelle Bonat-Lucia, Saïd Mohamed, Khadem Khanjar, Didier Calleja alias Didikeulalie Didika Koeurspurs, Maxime Hortense Pascal, Laura Vasquez, Nicolas Vargas...

    Merci aux organisateurs d'autres festival pour leur présence et leur curiosité : Alain Delahaigue, Geneviève Peigné & Jean-François Seron...

    Merci également aux amis éditeurs qui malgré la chaleur et parfois les méventes gardaient le sourire, j'ai toujours autant de plaisir à vous revoir Yves Artufel (Gros Textes), Jean-Marc Bourg et Fabienne Bargelli (Faï Fioc), Sandrine Eyespark‎ (la Crypte), Marc Granier (Ateliers des Monteils), Isabelle Bourgueil (L'or des fous), Alain Gorius (Al Manar), Émilie Rossignol (Oui'dire), Dominique Iacovella (La rumeur libre), Danièle Faugéras (Po & Psy), Brigitte Daian et Françoise Allera (Maison de la poésie Rhône-Alpes), Eric Bianco et Claudie Lenzi (Plaine Page), Yves Chagnaud (Apeiron)...

    Merci aux nuits moites et festives de Sète qui dans le sillon des uns et des autres offrait toujours de belles nouvelles rencontres ou revoyures : Aymen Hacen,Vincent Calvet, Emmanuelle Guattari, Pierre Tilman, Michel Thion, Béatrice Machet... Et même un certain Armand le Poête surpris entrain de danser !

    Sur la place du livre, je remercie également Sébastien Charles et son assistante, mais également les anges du Bar à lire : Sophie, Sarah et Stéphane & leur perle, Lætitia, Mélissa, et les mamans et les papas... Et un merci à Cécile de Mamacita qui arrivait tous les matins avec le sourire et repartait avec tous les soirs, merci pour ce verre et notre conversation de la dernière nuit.

    Merci à tous pour cette énergie qui déborde et me donne encore plus envie d'œuvrer en poésie.

     

    Antoine Gallardo

     


    6 commentaires
  •  

    Les rendez-vous avec nos auteurs au Festival Voix Vives de SèteLe festival Voix vives de la Méditerranée ouvre ce jour. Dès le samedi 23 et jusqu'au 30 juillet, les éditions la Boucherie littéraire seront présentes et vous pourrez y rencontrer les auteurs de la Boucherie littéraire qu'ils soient publiés ou qui le seront bientôt.

    Voici les rendez-vous sétois à ne pas manquer sur la Place du livre (Place du Pouffre) :

     

    SAMEDI 23 JUILLET
    10H-11H Vous pourrez rencontrer Patrick Dubost qui découvrira en même temps que les visiteurs son livre 13 poèmes taillés dans la pierre qui sort en avant première ce jour.

    11H-12H Être éditeur de poésie : rencontre autour des éditions la Boucherie littéraire présentée par Michel Baglin, en présence de Patrick Dubost, Hélène Dassavray, qui fera un lecture tout comme Emanuel Campo.Les rendez-vous avec nos auteurs au Festival Voix Vives de Sète

    18H-19H Rencontre et signature avec Helene Dassavray et Emanuel Campo

    DIMANCHE 24 JUILLET — 11H-12H
      Rencontre signature avec Emanuel Campo

    18H-19H

    Rencontre signature avec Hélène Dassavray

    LUNDI 25 JUILLET — 11H-12H
    Rencontre signature avec Hélène Dassavray

    MARDI 26 JUILLET — 18H-19H
    Rencontre dédicace avec Patrick Dubost

    Patrick lira plusieurs extrait de 13 poèmes taillés dans la pierre lors de ces nombreuses interventions tout au long du festival.

    Et à différents moment de la semaine passeront les futurs auteurs de la Boucherie littéraire et je les en remercie : Isabelle Alentour, Brigitte Baumié ou encore Jean Azarel.

    Au plaisir de vous y rencontrer.


    votre commentaire
  •  

    Je vous prie de trouvez ci-dessous les rendez-vous de l'été où vous pourrez retrouver les livres, les auteurs de la Boucherie et/ou mézigue.

     

    La cigale, la fourmis et le boucherAmis Lyonnais, avant de vous flanquer devant la télé pour la demie-finale, ce jeudi 7 juillet à 19h, à Lyon, à la librairie Vivement Dimanche, allez à la rencontre d'Emanuel Campo où en écho à la création « Violon’ Fridge Performance » (8, 9 et 10 juillet à Lyon) à laquelle il participe en tant qu’auteur et comédien au sein de Ilimitrof CPG, il donnera une lecture de son recueil Maison. Poésies domestiques paru aux éditions la Boucherie littéraire.

    Inscription demandée à l’adresse : contact[@]vivementdimanche.com — Librairie Vivement Dimanche, 4 rue du Chariot-d'Or  Lyon 4e Arrondissement.

     

     

    La cigale, la fourmis et le boucher

    La deuxième édition d'Urgence poésie se tiendra à Lodève du jeudi 7 au dimanche 10 juillet. Un marché de l'édition de poésie se tiendra en permanence dans les locaux du CLAP (Collectif Lodévois des Aptitudes Partagées) : 9 avenue Denfert, 34700 Lodève

    Vous pourrez retrouver mézigue avec les livres des éditions la Boucherie littéraire tous les jours dès 17h au Clap et peut-être ailleurs dans d'autres lieux de la ville au gré de mes humeurs.

    L'occasion de tailler une bavette !

    Télécharger «Le Programme Urgence Poesie Lodève 2016.jpg »

     

     

    La cigale, la fourmis et le boucherLe mois de juillet se finira à Sète sur le festival des Voix vives de la Méditerranée où les éditions disposerton d'un stand sur La place du livre (Place de la mairie 20bis Rue Paul Valéry, 34200 Sète)

    Pour bien commencer le festival, le 23 juillet à 11h  venez assister sur La place du livre à un entretien animé par Michel Baglin autour des éditions la Boucherie littéraire. Cette rencontre se fera en présence et en voix d'Hélène Dassavray et Emanuel Campo.

    La cigale, la fourmis et le boucherLe 23 juillet, également, sur La place du livre sortie de 13 poèmes taillés dans la pierre de Patrick Dubost, rencontre sur le stand des éditions dès 17h

    Patrick lira ces poèmes tout doucement, dans l’ordre, au fil de ses interventions à lors du festival...

    A noter que qu'un des 13 poèmes fait partie de l'Anthologie Sète 2016 publiée aux éditions Bruno Doucey.

    Afin de nous aider à publier ce titre dans la nouvelle collection La feuille et le fusil vous pouvez télécharger le bon de souscription ici.

     

     

    La cigale, la fourmis et le boucherLe mois d'août pas de sorties, mais pas relâche pour autant. Il y a la préparation de la rentrée avec au moins 3 livres qui sortiront entre octobre et décembre de Jean Azarel, Thierry Radière et Brigitte Baumié.

    Mais aussi la deuxième édition du Festival Poésie nomade en Luberon qui aura lieu sur la commune de Gordes dans le courant du mois d'octobre.

     

    D'ici là, je vous souhaite à tous un été doux et léger.


    votre commentaire
  • Bonjour,

    Ceci est un message destiné aux habitants du Luberon, et voisins de Cadenet, sensibles au salon du livre Les Beaux jours de la petite édition que j'ai organisé ces 6 dernières années. Je ne m'excuserais pas de sa longueur, il pose des vues sur ce qui est en train de disparaitre.

    Après le salon du livre, comme bien souvent ces dernières années l'enthousiasme s'est saisi des participants qu'ils soient auteurs, éditeurs, librairies ou bibliothécaires. De nombreux visiteurs ont aussi souligné la qualité de ces deux "belles" journées pour reprendre leur terme.

    Ces témoignages m'arrivent par courriel, de vive voix et de plus en plus sur Facebook (outil de communication — souvent incontrôlable). J'ai glissé quelques commentaires aux uns et aux autres annonçant la fin du salon de Cadenet. Mais l'enthousiasme ne quittaient pas pour autant les participants m'invitant à ne pas abandonner.

    Alors je leur ai rédigé un message de remerciement que je reprends et réaménage en partie ici, afin que chacun puisse prendre la mesure de ce qu'est ce salon du livre, tout en reprenant aussi une partie d'un commentaire d'Ivy Lovy, qui bien souvent s'est retrouvée, malgré elle, aux premières loges du travail que je mène le long de l'année pour ce salon du livre. Je commencerai par un extrait de son commentaire laissé après le salon du livre sur Facebook et adressé à ceux qui réagissaient à mon désir de ne pas poursuivre :

    […] Si le salon n'aura plus lieu l'an prochain pour une 7ème édition, c'est tout simplement parce que pendant 6 ans, Antoine a tout organisé pour ce salon...tout seul.... Quand je dis tout et tout seul, c'est vraiment tout...

    Que ce soit dans le choix des éditeurs invités (après avoir épluché une grande partie de leurs catalogues pour s'assurer qu'il correspond à l'esprit de la Boucherie littéraire, que ce soit dans l'aménagement de l'espace des stands en amont... qui sera à coté de qui, qui peut surveiller tel stand au cas où... qui est invité d'honneur... donc plutôt telle place... S'assurer que tout le monde puisse arriver sur le salon dans les temps (je prends un billet de train pour qui, quand, à quel prix... quel covoiturage est possible ? … Qui peut récupérer qui à la gare ? Où dormirez-vous ? Et si untel dort avec untel, est-ce que ça ira ?... Ensuite, qui mange quand et où et de quoi ? Végétarien et/ou allergique ? Qui sera déjà là pour le repas du vendredi soir ? Quel menu prévoir pour les trois jours de salon ? Estimer le nombre de personnes qui pourraient manger... Quelles lectures croisées seront les plus pertinentes ? Quels univers littéraires se marieront le mieux pour offrir le meilleur au public ? Qui lira avec qui et à quelle heure en tenant compte de vos arrivées sur le salon...? Et pour la partie comm... qui fait l'affiche, qui pense quoi de l'affiche ? qui corrige les fautes sur les programmes ? qui envoie tous les courriers à toutes les institutions, qui va faire l'affichage ? Qui va poser les panneaux avec du fil de fer le soir d'avant pour être sûr qu'il ne soit pas enlevé d'ici là... Et tous les articles sur son blog et sur fb... ce sont des heures de dingues "juste" pour informer les gens... Et vous avez du aussi vous rendre compte des mails que vous receviez aussi à 3h ou 4h du matin... eh bien ça a été comme ça tout le temps et pendant 6 ans... Et qui fait des demandes de subventions ? Parce que dans tout ce que j'ai cité, je n'ai pas parlé du bar...Ok, j'ai tenu le bar pendant deux jours avec de belles âmes qui ont accepté de venir donner un coup de main... mais je n'ai pas choisi les quantités à prendre, je n'ai pas déplacé les innombrables packs d'eau, de jus et compagnie, je n'ai pas préparé les affiches des prix... etc, etc...Vos badges, vos tickets repas, vos coupons boissons, vos affiches avec le nom de votre stand, toute la signalétique sur les lieux, les désistements de dernière minute... Alors oui c'est encore lui et lui seul... j'ai aidé certes, mais pour de menus détails (et c'est vraiment du menu détails en tenant compte de tout ce que je viens de vous dire et qui me prenne trois jours tout au plus... , ce n'est vraiment rien...) Et encore tout ce que je cite reste dérisoire par rapport à l'ensemble des tâches... Je comprends que vous aimeriez une 7ème édition, et que vous accepteriez de l'aider, mais l'aider, c'est être là dans tout le travail qui est en amont, dans les détails pénibles, dans une logistique qui retourne le cerveau car c'est vraiment compliqué quand même et pas que le temps du salon...car des bénévoles, le temps du salon, il en trouvera toujours, mais en amont, non... il n'y a pour ainsi dire jamais personne... et les deux jours sur le salon pour lui n'est qu'une course... Il court partout, répond à toutes les questions, essaie de profiter de chacun de vous comme il peut, grappille quelques instants à vos lectures avec toujours un appareil photo à la main pour être sûr de garder une trace de ces jolis moments... Il surveille le temps pour que chacun soit respecté dans son travail et puisse lire comme il se doit... Il fait face aux imprévus comme il peut et anticipe le jour suivant pour rectifier les éventuels bugs que vous n'auriez pas vu... et au final, je ne suis pas sûre qu'il profite de ce salon... D'ailleurs, il ne se rend pas compte, il n'arrive pas à savoir si c'était "une belle édition ou pas" car lui, pense déjà à l'après-salon. A tout ce qu'il faudra encore faire une fois que vous serez rentré chez vous... Ne vous méprenez pas, je ne vous juge pas, et ne vous critique pas... C'est normal de vouloir aider et de vouloir faire que les choses changent quand on voit que cela pourrait ne plus exister... Mais je comprends aussi qu'il vous dise cash "non il n'y aura pas de 7ème édition..." Il y a une fatigue, une lassitude, et une solitude qui à un moment donné pèsent... vraiment je pense... Je ne suis pas à sa place, mais j'ai pu le voir se démener comme un fou pour que ces éditions soient à la hauteur de ce que vous vivez durant les deux jours où vous êtes là... Alors que tout soit bien clair aussi: je ne cherche pas à le "défendre" de vos commentaires parce que je l'estime énormément et parce que je le connais différemment de vous... Cela n'a rien à voir... car on sait tous les deux que si ce salon est vraiment un moment de bonheur c'est aussi grâce à vous, à la qualité de votre travail, des petits bijoux que vous présentez sur table et de vos présences, vos sourires et vos humanités... Mais des fois, on ne se rend pas compte de tout... Voilà tout... Merci de m'avoir lu car c'était long... mais rien en comparaison de son travail...

    Ivy Lovy

    Ma réponse à tous

    Merci pour vos messages et vos soutiens que je sais sincères, ils sont les seuls témoignages de ce week-end passé dont j'ai peu de souvenirs tant j'ai l'impression de l'avoir subi. Cette année la notion de plaisir au sens large, m'est presque inconnue. Après des mois à communiquer avec tous les participants, certains à nous entretenir dans de longs mails ou de grandes conversationss téléphonique à n'importe quelle heure du jour et de la nuit, j'ai sur ces deux jours du salon le sentiment d'être passé à côté de l'essentiel. Aujourd'hui, 15 jours plus tard je me sens complètement vidé.

    Mais, je ne saurais trop remercier tous les éditeurs qui me font confiance, ni tous les auteurs venus par leur propres moyens sans garantie d'être rémunérés pour leur lecture. Je sais tout ce que je vous dois.

    J'aimerais bien dire à certains éditeurs que trouver des personnes motivées pour poursuivre ce salon sera possible. Mais la réalité est toute autre. J'ai tiré plusieurs fois la sonnette d'alarme cette année pour exprimer mes difficultés à n'avoir que de 2 bras, 2 jambes et souvent que 2 h de sommeil. Cela fait deux ans que je suis confronté au même problème. Si le salon du livre était un concert des Rolling Stones, tout le monde voudrait bien venir donner un coup de main le jour du concert, mais pour tout ce qui serait de le monter en amont il n'y aurait personne. Et c'est exactement le cas pour Les Beaux jours de la petite édition.

    Toute proportion gardée, ce salon du livre est une vraie entreprise... L'année dernière la Boucherie littéraire avait perçue avant l'ouverture du salon du livre deux subventions (de la Région Paca et du département du Vaucluse) totalisant 8500 euros et 1500 euros de fond propre. Cette année, les dossiers de la Boucherie littéraire ne sont toujours pas passés en commission ni pour la région, ni pour le département à cause d'un changement de couleur politique. J'espère être fixé d'ici septembre prochain.

    Il a donc fallu cette année organiser le salon avec 85 % de budget en moins. Sur les seuls deux jours du salon cette année, j'ai du gérer 100 personnes, trouver 280 repas et m'assurer qu'ils soient servis, trouver une centaine de litres de boisson, loger 70 personnes...
    J'ai bien eu du soutien les 4 jours avant le salon. Brigitte B. est venue dès le jeudi soir apporter son aide, de nombreux logeurs se sont manifestés après plusieurs appels à logement, des personnes se sont portées volontaires pour aller chercher et ramener auteurs & éditeurs à la gare d'Aix dont Odette D., Julie T. Marie O., des adhérents ou soutiens à l'association ont procédé à l'affichage sur certaines communes (Maryline D., Jean-Paul V., Claude A....). Nathalie Y. et Frédérique M. m'ont soulagé de la corvée de la gestion des attributions des mobiles-home, 5 étudiantes de Master Monde du livre d'Aix et de Montpellier sont venues prêter main forte, l'ensemble de la commission culture de la Mairie de Cadenet et l'élue à la culture ont servi à chaque repas, Ivy L. c'est occupé de tenir l'espace café, Sophie R. a apporté son aide à différents niveau... Je remercie chacun d'eux et tous les autres que j'ai oublié.

    On a l'impression quand on arrive dans cette bulle du salon du livre qu'il y a une équipe forte. Mais en réalité, le plupart des personnes ne se connaissaient pas 24h avant.

    Quand à la municipalité de Cadenet, cette dernière apporte un soutien matériel important, et plusieurs de leurs services sont sur le pont : la commission culture est très présente, mais aussi les services techniques, le chef de la cantine municipale, le service enfance jeunesse, la bibliothèque municipale... Et la Mairie Cadenet est l'un des partenaires financiers le plus important et en dehors du département le seul sur le territoire à être présente. Il ne faut pas oublier que la ville compte à peine 4000 habitants, mais que son implication est aussi importante qu'une commune de 20000.

    Je veux bien lancer un appel à l'aide, un appel à bras, mais il faut prendre conscience que le bénévolat à ses limites.
    Là, il s'agit de trouver en plus de moi 4 personnes qui devront donner 5h de leur temps par semaine dans les mois creux jusqu'à 20h/semaine les deux derniers mois.

    En ce qui me concerne, j'ai fait ces dernières années ma part. Et entre septembre 2015 et mars 2016, j'ai passé sur la seule activité du salon, 60 h par semaine, et cela en plus de mon boulot salarié et des autres activités de la La Boucherie littéraire.

    Alors s'il y a des motivés je recherche :
    - Une personne chargée de la communication (cela peut-être deux personnes une qui se charge des relations presses & communication web et l'autre graphiste, en charge de l'élaboration de l'affiche et du programme)
    - Une autre chargée de la logistique
    - Une personne qui ne s'occuperait que des relations aux scolaires et du concours de poésie
    - Et une personne préposée au mécénat et sponsoring

    Tous ces postes sont à pourvoir au 2 mai 2016, car après avoir déterminé quels seront les éditeurs à l'honneur il faut monter tous les dossiers, de présentation et animations possibles, pour les adresser aux scolaires et bibliothécaires. Ce qui sous-entends une foultitude de rendez-vous avec les équipes pédagogiques afin de leur donner le plus de grains à moudre pour préparer la rentrée 2016...

    Si dans le lot, des âmes charitables un mécène aurait l'envie de financer un ou deux postes (dont le mien), je suis preneur !

    Et si une municipalité ici ou ailleurs souhaitait s'offrir un salon du livre de grande qualité Les beaux jours de la petite édition pourraient bien être à vendre.

    Maintenant, je suis réaliste.

    Même si le travail le plus important a été fait comme celui de fidéliser des partenaires financiers, professionnels et institutionnels. Même si ce salon du livre est un des plus importants de son genre dans le Sud de la France. Même si ce salon est le  seul existant dans le Sud du Vaucluse. Même si chaque année le public se partage entre fidèles et public renouvelé venant de plus en plus loin. Même si le salon de Cadenet est connu et reconnu pour sa qualité au niveau national. Même si de part son activité, la Boucherie littéraire reçoit le soutien de plus de 50 adhérents (personnes morales et physiques). Il n'en demeure pas moins que l'association ne fédère pas pour le moment de volontaires dans le Luberon qui souhaitent s'investir à l'année.

    Merci pour votre lecture, si vous êtes arrivé jusque là.

     

    Antoine Gallardo

    Directeur de la Boucherie littéraire

    Créateur des Beaux jours de la petite édition

    Contact


    1 commentaire
  • Du 30 mars au 10 avril 2016 la municipalité de Cadenet et l'association la Boucherie littéraire organisent la manifestation les Beaux jours : 12 journées consacrées au livre et à la lecture pour tous les publics, avec pour point d'orgue le salon du livre Les Beaux jours de la petite édition.

     

    Toutes les activités de la manifestation sont gratuites. Pour les ateliers la réservation est obligatoire.

     

    • du mercredi 30 mars au dimanche 10 avril inclus au Centre culturel la Laiterie tous les jours de 10h à 12h et de 15h à 18h exposition Quelques images très simples.. Gravures sur bois de Sophie Dutertre  extraites du livre Histoires avec chaises, cheveux et chaussures qui paraît en exclusivité pour le salon du livre aux éditions Harpo &.     Vernissage en présence de Sophie Dutertre et de l’éditeur Pierre Mréjen le jeudi 31 mars à 18h. Présentation complète ici.

     

    • salon du livre "Les Beaux jours de la petite édition" Les 2 & 3 avril au foyer rural : 33 éditeurs venus de toute la France, de Belgique et de Suisse, des livres comme on en voit pas ailleurs, deux librairies présentes (Regain qui est une librairie généraliste et vient des Alpes-de-Haute-Provence et  Oh! les papilles  qui est une librairie jeunesse d'Aix-en-Provence). Vous trouverez ici la liste complète de tous les participants, ainsi qu'une succincte présentation de chacun d'eux. Vous pourrez rencontrer 42 auteurs de France et de Suisse qui viendront lire et dédicacer leurs livres. Liste des auteurs ici.

     

    • le samedi 2 avril à 10h30 : rencontre "professionnelle" publique sur le  thème "Lecture & handicaps invisibles" dans la salle des rencontres "Adultes" au Foyer rural. La rencontre sera animée par Pascale Goze (éditrice) et Brigitte Baumié (auteure) avec le témoignage d'Ivy Lovy (bibliothécaire) et la participation de l'Agence Régionale du Livre P.A.C.A.

     

    • samedi 2 et dimanche 3 avril de 10h30 à 12h : Atelier typographie pour tous, animé par Marc Granier, éditeur à l'Atelier des Monteils, à partir de 7 ans. Chaque participant repartira avec un petit livre. Renseignements et Inscriptions: Service Culturel municipal : 04 90 08 94 65

     

    • lundi 4 avril à 17h : Rencontre avec Sophie Dutertre au Centre culturel la Laiterie.

     

    • mercredi 6 avril : Dans le cadre de l’exposition Quelques images très simples, La bibliothèque René Char, propose deux ateliers de gravure pour enfants dans la journée. Ateliers gratuits, réservation obligatoire auprès de la bibliothèque : 04 90 68 64 48.

     

    Cliquez sur le programme pour l'agrandir

     

    "Les Beaux jours" programme du 30 mars au 10 avril 2016

    Renseignements et Inscriptions: Service Culturel municipal : 04 90 08 94 65

     Par mail : contact@laboucherielitteraire.com

     

    Exposition

    Centre culturel la Laiterie

    Boulevard de la liberté

    84160 Cadenet

    04 90 08 94 65
     

    Salon du livre

    Foyer rural

    rue du 18 juin 1940

    84160 Cadenet

      

    Bibliothèque municipale

    René Char

    16 cours Voltaire

    84160 Cadenet

    04 90 68 64 48


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique