• Éditions la Boucherie littéraire

     

    Éditions la Boucherie littéraire

     

    Les éditions la Boucherie littéraire ont été créé en 2015 dans le Lubéron.

    Elles publient des auteurs contemporains de langue française, offrant exclusivement à lire de la poésie.

    Les publications relèvent forcément de ma sensibilité. Je recherche une poésie à fleur de peau... Celle de l'intime, du difficile, de l'introspectif, celle de la respiration.

    Mais celle qui sait aussi être incisive, avec du saisissant, qui nous remue, qui nous fouille...

    La forme poétique privilégiée est le retour à la ligne lié à un travail de réflexion sur l'écriture et la forme du poème.

    Le nombre de pages, de signes ne sont pas un critère de choix.

    Les éditions sont menées avec  exigence que se soit dans l'accompagnement de l'auteur et son texte ou encore dans les choix  de papiers de création que de l'impression des livres.

    Par ailleurs, elles accompagnent le livre pour qu'il puisse rencontre son lecteur. Aussi dans un soucis constant de diffusion du livre, la Boucherie littéraire privilégie la vente en librairie.

    Les éditions la Boucherie littéraire ont le désir  d'offrir au lecteur une poésie qui les accompagnera tout au long de leur vie.

    Éditer est un acte de création à part entière.

     

    Je souhaite des destinations où je pourrais partager avec vous de nouvelles sensibilités et de belles rencontres humaines et littéraires.  Je ferais escale là où les mots et les blancs de la page distillent l'essence de poésie qui nous irrigue.

    Antoine Gallardo

     

    Aujourd'hui la maison d'éditions a quatre collections :

     

    Sur le billot

    Dans une boucherie, le billot est l’une des pièces maîtresses comme la feuille qui l’accompagne. Il allie fermeté, esthétique et caractère.

    Si les éditions la Boucherie littéraire ne devaient avoir qu’une seule collection, ce serait Sur le billot.

    Car, c’est le lieu où je me dois de mettre en valeur les écrits des auteurs. Là, où je pense que l’œuvre publiée s’inscrit dans un sillon inexploré ou peu visité de la poésie.

    Sur le billot, on ne peut pas se défiler. J’y mets mes tripes et mon amour de la poésie pour la poésie.

     

    Cliquez sur les images pour les agrandir

    et les liens sous les livres pour télécharger la fiche de présentation du recueil

     

    Éditions la Boucherie littéraire

     

    Éditions la Boucherie littéraire

     

    Éditions la Boucherie littéraire

    Éditions la Boucherie littéraire

    Patrick_Dubost

    aimer_&_faire_l'amour.pdf

    Dominique_Sampiero

    Ne_dites_plus...pdf

     

    Mireille_Disdero

    Corrosion.pdf

    Emanuel_Campo Faut_bien_manger.pdf

       

    Revue de presse à venir

     

    Lire des extraits

    Revue de presse à venir

     

    Éditions la Boucherie littéraire

    Éditions la Boucherie littéraire

    Éditions la Boucherie littéraire

    Éditions la Boucherie littéraire

    Claire_Rengade _Bon_pour_accord.pdf

    Marlène_Tissot

    Un_jour_jai_pas_dormi

    de_la_nuit.pdf

     

    Marc_Guimo

    La_poésie_personne_

    n-en_lit.pdf

    Dominique Sampiero

    Où_vont

    les_robes_la_nuit.pdf

     

    Revue de presse à venir

    Lire des extraits

    Revue de presse à venir

    Lire des extraits

    Revue de presse à venir

     Lire des extraits

    Revue de presse à lire ici

    Éditions la Boucherie littéraire Editions la Boucherie ltitéraire Editions la Boucherie ltitéraire Editions la Boucherie ltitéraire

    Nicolas Gonzales

    La_rotation

    du_cuivre.pdf

    Emanuel Campo

    Maison.Poésies domestiques.

    Réédition revue

    et augmentée.jpg

     

    Nicolas Vargas

    EMOVERE.pdf

    A remporté le

    Prix Révélation de poésie de la Société des Gens de Lettre 2017

     

     Jean Azarel

    Le_ciel

    du_dessous.pdf

     

    Revue presse à lire ici

    Revue presse à lire ici

    Revue de presse à venir

     Revue de presse à venir

    Editions la Boucherie ltitéraire

    Editions la Boucherie ltitéraire

    Editions la Boucherie ltitéraire Editions la Boucherie ltitéraire

    Marlène Tissot

    Lame_de_fond.pdf


    A fait parti des 12 titres sélectionnés pour le

    Prix Jean Follain 2018

    -

    A fait parti des 7 titres sélectionnés pour le

    Prix des Découvreurs 2017/2018

    Hélène Dassavray

    On ne connaît jamais la

    distance exacte

    entre soi et la rive.pdf

     

    Épuisé

    Mireille Disdero

    Écrits-sans-papiers.pdf 

    Revue presse à lire ici

    Revue de presse à venir

     

    Revue de presse à venir

              

     

    Données techniques

    Format fermé : 110 mm x 170 mn.

    À partir de décembre 2019 le tirage est de 1000 ex, les titres précédents imprimés étaient imprimé entre 200 et 500 exemplaires ont tous été réimprimés d'autant. Seul Faut bien manger d'Emanuel Campo avait bénéficié d'un tirage à 1000 ex en mars 2019.

    L'impression numérique se fait sur papier Fedrigoni Arcoprint Edizioni en 115 g/m2, teinte Avorio pour l’intérieur et sur papier Fedrigoni Old mill Bianco en 250 g/m2 pour la couverture.

    Les livres sont imprimés en France par Yenooa dans les Bouches-du-Rhône.

     

     

     

    Sur le billot pour tous

    Elle regroupe des textes à lire à tous les âges et tous les moments de la vie.

    Chaque publication est accompagnée du travail d’un artiste plasticien, d’un auteur de bande dessinée, d’un photographe ou d’un illustrateur en affinité avec l’auteur. 

    Cette collection est intimément liée à la collection Sur le billot.

     

       

    Éditions la Boucherie littéraire

    Éditions la Boucherie littéraire
       

    Hélène Dassavray

    Qudrature de l'éphélère.pdf

    Estelle_Fenzy

    Gueule_noire.pdf

       

    Accompagné de dessins

    de Zaü

    Accompagné de monotypse

    de Colette Reydet

       

     

    Lire des extraits ici

    En librairie le

    vendredi 6 mars

     

     

    Données techniques

    Format fermé : 110 mm x 170 mn.

    Impression à 1000 exemplaires

    L'impression numérique se fait sur papier Fedrigoni Arena Bulk Ivory en 120 g pour l’intérieur et sur papier Fedrigoni Old mill Bianco en 250 g/m2 pour la couverture.

    Les livres sont imprimés en France par Yenooa dans les Bouches-du-Rhône.

     

    La feuille et le fusil

    Un poème fraîchement offert par son auteur repose sur une planche en bois debout.

    Dans le prolongement de la sensibilité et de la créativité de l'éditeur, on trouve la feuille dans une main et le fusil dans l'autre.

    La feuille, aussi massive soit-elle, est capable de finesse si l'on sait ajuster la pression sur la longueur du fusil et la manier sans jamais émousser son tranchant.

    L'une et l'autre participent à parer, avec délicatesse, la poésie confiée aux bons soins du boucher.

    Dans un format à la mesure prédéfinie, c'est l'essence du texte qui façonnera le livre en imposant le choix du papier, sa couleur, sa texture, sa main, son bruit... Il en est de même pour les procédés d'impression ou encore celui d'une reliure adaptée selon la nature des écrits.

     

       

    Éditions la Boucherie littéraire

       

    Paola_Pigani La_renouée_aux_oiseaux.pdf


    Revue de presse à venir

    Éditions la Boucherie littéraire

    Éditions la Boucherie littéraire

    Éditions la Boucherie littéraire

    Marlène_Tissot

    Amnesie.pdf

    Revue de presse à venir

    Jean-Piere_Gandebeuf

    Le_visage_regardé.pdf

    Revue de presse à venir

    Roselyne_Sibille

    Entres_les_braises.pdf

    Revue de presse à venir

    Éditions la Boucherie littéraire

    Éditions la Boucherie littéraire

    Editions la Boucherie ltitéraire

    Felip Costaglioli

    Ce-qu-on-vaut-de-poussière.pdf

    Revue de presse à venir

    Estelle_Fenzy_Mère.pdf

    A remporté le

    Prix René Leynaud 2018

    Revue de presse à venir

    Isabelle_Alentour

    Je_t'écris_fenêtres_ouvertes.pdf

    Revue de presse à venir

    Editions la Boucherie ltitéraire

    Editions la Boucherie ltitéraire

    Editions la Boucherie ltitéraire

    Frédérick Houdaer_

    Nuit_grave.pdf

    Revue de presse à venir

    Brigitte Baumié

    paysages_

    intermittents.pdf

    Revue de presse à venir

     Patrick Dubost

    13-poèmes

    taillés-dans-la-pierre

    Revue de presse à venir

     

    Données techniques

    Format fermé : 152 mm x 210 mn.

    Depuis Amnésies de Marlène Tissot l'impression se fait à 800 exemplaires, avant ça il était de minimum de 500 ex.

    L'impression numérique se fait sur des papiers de création essentiellement de chez Fedrigoni, parfois de chez Artic Paper.

    Les livres sont imprimés en France par Yenooa dans les Bouches-du-Rhône mais aussi d'autres imprimeurs/éditeurs comme les éditions Harpo & qui ont effectué le foulage du 13 pour 13 poèmes taillés dans la pierre.

     

    Carné poétique

     

    En juillet 2018, les éditions la Boucherie littéraire se dote d'une nouvelle collection.

    La collection Carné poétique est constituée de la viande des auteurs et des lecteurs souvent écrivants eux-mêmes.

    Il s'agit d'un livre-objet hybride à mi-chemin entre le carnet blanc et le livre imprimé. Ce sont des carnets d'inspiration : la poésie que nous lisons nous inspire autant que ce qui nous entoure.

    Ainsi, dans le steack de tous les jours, une poésie originale de 20 pages est prise en sandwich entre 40 pages vierges laissées à la création du lecteur. La chair restante présente l'auteur et son travail.

     

     

    Éditions la Boucherie littéraire

       

    Éditions la Boucherie littéraire

      Éditions la Boucherie littéraire

    Hélène_Dassavray

    Made_In_Woman.pdf

     

    Armand_LePoête

    Traité_d'orthographe

    et_d'éthylmologie.pdf

    Natyot

    L-amour.Bouquet_final.pdf

    En librairie le 25 octobre

    Revue de presse à venir

    Revue de presse à venir

    Éditions la Boucherie littéraire

    Éditions la Boucherie littéraire

    Éditions la Boucherie littéraire

     

    Lili Frikh

    La_vie_monstre.pdf

    Laure Anders

    Cent_lignes_à_un_amant.pdf  

    ThomasVinau

    Notes_de_bois.pdf

    Revue de presse à venir

     
    Revue de presse à lire ici

    Revue de presse à venir

     

     

    Données techniques

    Format fermé :  110 mm x 150 mm.

    Angles arrondis.

    Depuis Made in woman d'Hélène Dassavray l'impression se fait à 2000 ex.

    Avant ça les tirages oscillait entre 600 et 1000 ex. Seuls Cent lignes à un amant de Laure Anders et Notes de bois de Thomas Vinau avait eu pour premier tirage 500 ex depuis une première réimpression à 300 ex a été nécessaire puis une deuxième à nouveau à 500ex.

     

    Composée de quatre beaux papiers du papetier italien Fedrigoni :

    La couverture : gamme Sirio Color/e, grain Denim, teinte Lampone, 290 g.
    Le corps d’ouvrage : gamme Woodstock teinte Rosso en 110 g.
    Les pages vierges : gamme Arcoprint teinte Milk, 100 g.
    Le péritexte : gamme
    Woodstock teinte Rosa en 110 g.

    Les livres sont imprimés en France par Yenooa dans les Bouches-du-Rhône

     

    Les petits farcis

    Editions la Boucherie ltitéraireCette collection est celle qui permis à la maison d'édition de se lancer. Toutefois, il n'est pas envisagé d'autre titre. La réalisation de ce type d'ouvrage est trop onéreuse pour notre structure.

    Les petits farcis favorisent l’interculturalité et les transversalités.

    Elle permet la rencontre et le partage entre un plasticien et un auteur. Ici l’image et le texte ne font qu’un, mais indépendamment l’un peut vivre sans l’autre. L’un et l’autre devienne une œuvre à part entière.

    Les petits farcis ne sont pas un prétexte à accommoder un écrit ou des illustrations. Ils se dégustent comme un met de choix.

    T.Vinau-R.Lovy_p(H)dt.pdf

    Revue de presse à venir

     

    Données techniques

    Format fermé :  105 mm x 148 mm.

    Tirage 750 ex.

    Impression offset sur des papiers de chez Artic Paper : Munken Pure 150 gr/m2 pour l’intérieur et sur papier Munken Pure 400 gr/m2 pour la couverture.

    Ce livre a été imprimé en France par I.G.C. Imprimerie à Saint-Étienne.

     

    Les éditions la Boucherie littéraire ne font pas de vente en direct*

     

    Elles soutiennent les librairies indépendantes qui conçoivent la vente de livres comme une contribution à la diffusion des idées, à l’émancipation sociale et individuelle, à l’éducation populaire et à la démocratie.

    La Boucherie littéraire érige et soutien toutes actions permettant de lutter contre les tentatives d’hyper concentration de la production éditoriale et d’uniformisation de la diffusion du livre conçue comme une distribution la plus rentable et rationnelle possible.

    Ainsi vous pouvez commander nos livres dans toutes les librairies de France, Belgique et  Suisse.

     

    Les éditions la Boucherie littéraire sont distribuées par Serendip Livres.

     

    * excepté sur les salons du livre & festivals où la Boucherie littéraire est invitée.

     

    Envoyer un tapuscrit

    Merci de lire la page en lien ici.

     

    Entretiens & Articles

    Entretien paru en juin 2019 dans Les Matricule des anges. Article réalisé et retranscrit par Philippe Savary, à lire par .

    Bel article de Georges Guillain, fondateur du Prix des Découvreurs, à propos des éditions la Boucherie littéraire à lire ici.

    Article dans Libé de décembre 2018 à propos des Carné poétique à lire par .

    Un petit entretien pour la revue en ligne Terre à Ciel à l'invitation de Roselyne Sibille à lire par .

    Un entretien réalisé par Philippe Chauché pour le site La Cause Littéraire en avril 2016 à lire ici.

    Présentation de mézigue sur le site du Marché de la Poésie ce de côté.

  •  

    J'ai 5 ans

     

    La première publication qui a donné vie aux éditions la Boucherie littéaire est parue en janvier 2015.

    Cinq années d’édition, en poésie, cela me semble déjà une éternité tant la tâche est ardue, mais heureuse.

    Dans une société souvent malmenée socialement, la poésie peut paraître en décalage. Pourtant, elle reste nécessaire à tous que ce soit par le biais du livre ou d’autres supports artistiques.

    Un peu comme tous les anniversaires qui nous sont charnière, j’ai voulu fêter cet événement en poésie et en complicité des poètes qui participent à cette folle aventure.
    Une fois n’est pas coutume, j’ai demandé à ceux qui le souhaitaient d’écrire un ou plusieurs textes ayant pour sujet « la boucherie ».
    Thème à prendre dans un sens noble et doux et non une métaphore de ce que pourrait être la guerre ou tout autre sujet sordide.
    Je voulais que le thème respecte la lignée de ce que les éditions ont donné à lire depuis cinq ans.

     

    J'ai 5 ans !

     

    Cette édition courante "Sur le billot" n'a été imprimé qu'à 500 exemplaires et devait sortir ce vendredi 3 avril. Ce sera pour plus tard.

     

    Car pour vraiment dire merci, je voulais à mon tour faire un cadeau :

    À toutes les personnes qui ont apporté ponctuellement ou au long court, ces cinq premières années d’une vie en poésie, un soutien aux Éditions la Boucherie litteraire par leur lecture, leur fidélité, leur écoute, leur soutien, leur amitié, leur humour, leur générosité, leur curiosité...

    J'ai fait le choix, avec le recul un peu fou (et d'avantage encore en ces temps difficiles pour les petites maisons d'éditions de poésie), d'imprimer à 500 exemplaires, une version "luxe", hors commerce :

    Filles bouchères & Garçons bouchers est le premier titre de la collection "Sur le billot / Hacher à part".

    Il s’agit d’une collection de livres ou d’objets à parution aléatoire, hors commerce, que les éditions la Boucherie littéraire financent seules dans le but de l’offrir. Une manière de remercier toutes les personnes qui soutiennent la création littéraire en poésie.

    Ainsi, cette éditions hors commerce je l'offrirais à tous les auteurs, à toutes les personnes qui ont adhérer à l'association ces cinq dernières années assurant ainsi un soutien à notre action en poésie et à toutes celles et ceux sans qui le chemin n'aurait été possible.

     

    Ont participé : Armand Le Poête, Isabelle Alentour, Laure Anders, Jean Azarel, Brigitte Baumié, Emanuel Campo, Felip Costaglioli, Helene Dassavray, Mireille Disdero, Patrick Dubost, Estelle Fenzy, Nicolas Gonzales, Jean-Pierre Gandebeuf, Lili Frikh, Marc Guimo, Nat Yot, Paola Pigani, Colette Reydet, Dominique Sampiero, Roselyne Sibille, Marlene Tissot, Nicolas Vargas et Thomas Vinau.

     

    Merci.

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Lettre à l'attention des auteurs ayant envoyé un manuscrit/tapuscrit

    aux éditions la Boucherie litteraire

     

     Lettre aux auteurs qui ont envoyé un manuscrit aux éditions

     

    En préambule et assez sérieusement, je ne sais pas si les éditions vont tenir le coup face cette crise. Les dites aides du Gouvernement, comme le chômage partiel, sont élaborées de telle sorte que les entreprises et les associations, peut importe leur taille, supportent de faire les avances en trésorerie. Or, s'il y a bien quelque chose que nous n'avons pas en petite édition de poésie c'est de la trésorerie.

     

    Chères & chers poètes,

    Le confinement n'est pas encore pour moi un temps béni pour me confiner en lectures et autres bienfaits qu'il pourrait m'apporter. Certe, je trouve enfin une partie du temps pour me reposer, mais l'essentiel de l'autre est à chercher à garder la tête hors de l'eau.

    Mais avant le confinement, j'ai pris le parti de réunir tous les tapuscrits en attente.
    Certains auteurs savent que je ne suis pas de ceux qui lisent vite, que ce soit des tapuscrits envoyés de leur propre chef ou d'autres que j'ai moi-même demandé à lire.

    S'il n'y a pas de recette pour écrire de la poésie il n'y en a pas non plus pour être éditeur de poésie.
    Chacun fait sa cuisine comme il peut.

    Pour ma part, j'ai fais le choix d'une économie qui ne repose pas sur la nouveauté, mais le maintien de textes disponibles en librairie. Pour cela, je prends aussi souvent que possible la route pour aller à la rencontre des libraires, tout comme des maisons de la poésie ou encore d'organisateurs d'évènements littéraires. Ce sont des périodes intenses dont les journées sont très longues et les nuits courtes. L'épuisement est constant, les sorties de routes palpables et les rares moments de libres je les consacre à récupérer autant que possible. Quand je suis sur la route, même l'ordi à portée de main, je n'ai pas le temps de me consacrer aux autres tâches que confèrent le métier d'éditeur. Bref, je ne peux être ni au four ni ou moulin surtout quand mille bornes les séparent.

    Ainsi, mes temps consacrés à la lecture de poésie sont finalement rares et ceux de tapuscrits reçus d'autant plus rares. Et ceux envoyés en numériques pour ainsi dire nul. L'ordi est un outil de travail, je passe un temps inconsidéré devant l'écran, aussi plus vite je l'éteins, mieux je me porte.

    Ces lectures de tapuscrits ne relèvent pas pour ma part du plaisir, mais d'un travail. Un travail laborieux. Un travail où je continue à rester négativement stupéfait par ce que je reçois. Rien de nouveau sous le soleil, j'ai l'impression que la plupart des poètes n'ont aucune idée de mon catalogue, mais qu'importe on envoie quand même. L'art de faire perdre le temps à tout le monde.
    Je ne vous dis pas merci.
    Aux auteurs qui n'ont aucune considération pour ce que je publie ni pour mon temps, je ne prends pas la peine de répondre comme eux n'ont pas pris la peine de connaître ma ligne éditoriale. On récolte ce que l'on sème à tout vent.

    Finalement, c'est un travail plus souvent désagréable que l'inverse. Parfois, une lecture touche parfois une autre me chamboule, c'est bien le but me direz-vous.
    Le texte sort alors du lot, mais il n'est pas pour autant un texte publiable.
    Je me méfie de mes états de lectures. Si je suis bien ce que je lirais pourrait l'être et inversement. Je me donne donc le temps de lire des textes dans différents contextes.
    Ainsi, une année ou deux peuvent s'écouler avant que je me décide enfin à porter un texte. Car il s'agit bien de ça. Je publie et porte des textes, des textes que les auteurs parfois ne portent pas ou plus, je les présente aux libraires en leur rappelant que la notion de nouveauté n'existe pas en poésie, que les livres publiés sont des ouvrages de fonds. Qu'un texte ait été publié il y a 2 mois, 3 ans ou 5 ans, face aux libraires il est défendu comme s'il avait été publié la veille.

    Certains qui m'ont croisé lors de mes tournées de diffusion, vous diront que j'ai toujours avec moi des tapuscrits.
    Je les garde au frais, dans une glacière.
    Il peut s'écouler 3 semaines de tournée harassante ou ma seule envie est de fuir la poésie et où j'arrive à lire 2 à 5 pages (frustration) de polar tous les 2-3 jours. Je dors rarement 2 nuits au même endroit. Quand 48h se profilent alors je vais parfois picorer dans la glacière. Certains auteurs dont la lecture est en cours le savent, je leur envoi des photos de leur tapuscrit mis en situation selon l'environnement dans lequel je suis.
    ...
    Malgré la prévenance sur le blog des éditions de ne pas m'envoyer de tapuscrit avant l'automne 2020 (repoussé depuis peu à janvier 2021), rien n'y fait, les tapuscrits envahissent la boîte aux lettres. Difficile de ne pas associer ces vagues de mots et de papiers à un manque de respect.
    Alors si le temps me le permet, si je trouve des solutions pour garder les éditions à flot et que la reprise se profile comme un chance de sauver ce qui peut être sauvable, je m'attelerai à lecture du tsunami de tapuscrits reçu jusqu'à ce jour.
    Mais avant ça, avant que je ne plonge dans vos écrits, merci de me faire gagner du temps, et celui des autres, en me disant si votre tapuscrit a trouvé entre temps un éditeur ou est en court de publication ou s'il ne vous correspond plus et que vous voudriez le retravailler.

    Sachez, pour vous donner une petite idée de ce que représentent ces enveloppes que j'ai pris en photo ce matin : si je publiais chacun de ces textes, au prorata de ce que j'ai publié ces 5 dernières années, cela représenterait 22,5 ans de publications !
    Naturellement, je ne suis pas prêt pour ça.


    N'hésitez pas à relayer ce message afin que les poètes en lien avec vous puissent avoir accès à cette missive. Merci à toutes celles et ceux qui relieront cet article.

    Bon confinement à tous. N'écrivez pas trop. Acceptez que tout ne soit pas publiable. Épargnez-moi vos écrits confinés.
    Et rappelez-vous humblement qu'une poignée de poètes seulement traverseront les siècles.


    9 commentaires
  •  

     

    Pour débuter l'année, voici en avant première les couverturs des deux titre à paraître aux Éditions la Boucherie litteraire le 7 février prochain dans la collection Sur le billot.

    Ouvrira le bal Dominique Sampiero avec Ne dites jamais c'est triste suivi d'un Manifeste à l'envers. Ce texte autant important pour Dominique Sampiero que moi-même est le trait d'union de deux anniversaires. Ses 50 ans d'écriture et les 5 d'existance des Éditions la Boucherie litteraire.

    Le livre sera présenté en avant première le samedi 1er février à la journée du livre de Grenay (62- à côté de Lens) en présence de Dominique Sampiero & moi-même.

    Avec aimer & faire l'amour, je vous invite à découvrir un Patrick Dubost dans un registre assez éloigné de ce qu'on lui connaît dans les thèmes abordés en poésie. Je n'en dirais pas plus pour le moment. Chaque chose en son temps... Juste vous dire que je l'ai savouré du début à la fin et que je ne m'en lasse pas !

    Nos amis bretons auront la primeur de la lecture de ce texte qui sera présenté au festival Semaphore (organisé par Maison de la Poésie du Pays de Quimperlé) le 7 mars prochain.


    votre commentaire
  •  

    À la demande de plusieurs personnes, je poste enfin ici la double page d'un entretien réalisé par Philippe Savary du et pour Le Matricule des anges, publié en juin 2019.

    Il n'est pas aisé après presque 6 h d'entretien et des pages de réponses écrites suite à différentes questions, de restituer au mieux ce que l'on s'est dit, mais Philippe Savary s'en sort très bien et je lui tire mon chapeau.

     

    Cliquez sur les images pour les agrandir

     

    À propos du travail d'éditeur

     

    À propos du travail d'éditeur         À propos du travail d'éditeur 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je précise que d'autres éditeurs, cités lors de l'entretien, n'ont pas pu trouver place dans cette double page. Puisqu'ils ont été importants dans mon parcours de lecteur cheminant jusqu'au métier d'éditeur, je répare ici l'oubli.

    Je citerais volontiers chez les éditeurs morts Robert Morel aux éditions éponymes et Gaston Gallimard que l'on ne présente peut-être plus... Mais il y a aussi François Maspéro, Éric Losfeld, Jean-Jacques Pauvert...

    Chez les vivants, dans mes premières aspirations éditoriales qui étaient en direction de la littérature jeunesse, je pense à deux hommes qui m'ont conseillé et soutenu et pour qui j'ai beaucoup d'estime pour le travail mené de manière parfaitement différentes dans leur maison d'édition. Il s'agit d'une part de Thierry Magnier des éditions éponymes. D'autre part d'Olivier Belhomme co-fondateur (avec Stéphane Queyriaux) de l'Atelier du poisson soluble. Au-delà de la formation que j'ai suivi en Métiers du Livre, Olivier Belhomme est un modèle quand à la vision du livre en librairie et d'une manière générale le refus de la vente de livre en direct.

    * Ça fait beaucoup d'enfant pour un homme célibataire est une phrase piquée à mon propos à Patrick Dubost.

     

     


    1 commentaire
  •  

    Rentrée littéraire 2019 des éditions la Boucherie littéraire

     

    Précisions très bientôt !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique