•  

    Avec Un jour, j'ai pas dormi de la nuitMarlène Tissot signe le vingtième titre paraissant à la Boucherie littéraire et le onzième dans la collection Sur le billot.

    Ce recueil rassemble des poèmes sur le thème de l'insomnie dont vous trouverez ci-après les trois poèmes entiers dont une strophe de chacun d'eux a été emprunté pour le 4ème de couverture.

     

    "Un jour, j'ai pas dormi de la nuit" de Marlène Tissot en souscription

    Le cancer de l’amour propre


    Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
    la couverture valsait et l’hiver hésitait à venir
    j’aurais pu dégivrer mon frigo
    digérer les paroles
    cuver le trop plein de venin
    comme n’importe quelle éternité, l’enfer se mérite


    Je suis mal répartie
    question de dosage des ingrédients
    trop de ceci, pas assez de cela
    on fait avec, on fait sans blanc
    j’accuse le coup
    j’accuse tous les coups, c’est permis !
    il faut bien trouver des coupables


    Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
    il était temps d’expérimenter de nouvelles insomnies
    passer en revue les maladies
    au commencement, j’ai eu le cancer de l’amour propre
    une ablation de l’ego, c’est pas mortel
    mais après ça penche un peu


    La géométrie, c’est du sérieux
    une hypoténuse sans angle droit, c’est juste un trait tiré
    je fais des math quand je m’ennuie
    mais, la nuit, je n’y arrive pas
    trop d’inconnues dans les équations
    si personne ne trouve la solution, je vais rester là
    coincée entre hier et demain

     

     

    J’auto-reverse les sentiments

    Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
    je cherchais la faille
    la fissure dans le murmure des étoiles
    on s’approche sans trembler des portes à franchir
    je me sentais plutôt bien
    comme une ombre à l’intérieur de l’ombre
    au bon endroit au bon moment


    Est-ce qu’on peut vivre la réalité en nomade ?
    à distance raisonnable ?
    communiquer avec des signaux de fumée ?
    la mort est tellement plus populaire que la vie
    comment t’expliques ça, toi ?


    Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
    j’imaginais écrire des poèmes en braille sur tes lèvres
    avec ma langue
    les temps sont durs pour les rêveurs
    surtout ceux qui restent éveillés
    prends soin du toit, c’est tout ce qu’il reste
    entre le ciel et nous


    J’auto-reverse les sentiments – face B, toi de dos
    et qui marche à l’envers ?
    qui de nous deux s’en va, au juste ?
    je pars pour mieux te laisser me quitter
    donner c’est donner, reprendre, c’est s’envoler

     

     

    Éluder le crépuscule 


    Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
    mon silence interrogeait les ombres
    quelqu’un sait où échouent les mots qu’on ne dit pas ?
    quelqu’un pourrait me donner
    le mode d’emploi de la sérénité ?
    une leçon de rattrapage
    des cours très particuliers


    Faut pas confondre l’ambivalence et la colère délavée
    avec la déception fugace de s’exprimer en espérant
    rester incompris


    Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
    les aiguilles continuaient de tourner
    j’éludais le crépuscule
    oui, bien sûr, il m’arrive de prendre part à la réalité
    je bois du thé dans un gobelet en carton
    je traverse la rue sans regarder
    je me laisse marcher sur les pieds


    Parfois, c’est pas le dérèglement climatique
    ni la crise économique
    c’est juste ta vulnérabilité qui déborde de l’armure

     

    "Un jour, j'ai pas dormi de la nuit" de Marlène Tissot en souscriptionMarlène Tissot naît un matin par erreur, s’excuse souvent, écrit des histoires, de la poésie jusque dans ses romans, fait des photos loin des clichés, bricole des objets, répare des machines à laver, cuit trop ses confitures, joue parfois avec le feu, n’aime pas tellement parler. Dans sa trousse à outils, les choses duquotidien sont ses crayons de couleur.

     

    Avant-première

    La sortie officielle en librairie de Un jour, j'ai pas dormi de la nuit, est le vendredi 5 octobre.

    Mais... le jeudi 4 octobre à 19h, vous êtes convié-e-s à rencontrer Marlène Tissot pour une dédicace personnalisée. Cela aura lieu en avant première lors de la Rentrée littéraire de la Maison de la poésie Jean Joubert à Montpellier (merci à Annie Estève pour l'invitation). Programme et coordonées ici.

     

    Une souscription exceptionnelle est offerte aux lecteurs fidèles de nos éditions à l'occasion de ce vingtième titre. Valable jusqu'au 1er octobre inclus.

    En effet une remise sur le prix du livre de plus de 30 % est offerte aux adhérents à la Boucherie littéraire. Cette dernière associé au frais d'envoi vous permettra de recevoir le livre chez vous pour un prix inférieur à son prix de vente.

    Évidemment un prix de souscription alléger est également proposé aux nons adhérents.

    Toutefois, il n'est pas trop tard et de souscrire et d'adhérer pour profiter de cette offre, mais également tout au long de l'année de réduction minimum de 25% sur le prix de vente public de nos ouvrages lors des souscription de ces derniers. Par ailleurs, nos adhérents recevront en cadeau à la fin de l'année, une publication originale, en série limitée, qui sera hors commerce.

    Pour souscrire c'est par là : Télécharger « Souscription_Un_Jour....pdf »

    Pour adhérer c'est par ici : Télécharger « Adhésion Boucherie 2018-2019.pdf »


    votre commentaire
  •  

    Estelle Fenzy remporte le Prix René Leynaud 2018

     

    C'est avec une grande joie, partagée avec Estelle Fenzy, que je vous annonce que son livre Mère publié en juin 2017 dans la collection La feuille et le fusil est lauréat du Prix René Leynaud 2018.

    La remise du Prix aura lieu à 11 heures du matin à la Bibliothèque Municipale de Lyon le samedi 6 octobre prochain, dans le cadre de la 33e édition du festival Parole Ambulante, « J'ai fait un rêve ». À cette occasion, Estelle Fenzy sera également invitée à participer à la soirée de clôture du festival (le soir même).

    Merci aux membres du jury, à l'espace Pandora, à la bibliothèque municipale de Lyon et à la Direction régionale des affaires culturelles d’Auvergne-Rhône-Alpes.

     

    Estelle Fenzy remporte le Prix René Leynaud 2018


    2 commentaires
  •  

    Le 6 juillet vous pourrez découvrir en librairie, une nouvelle collection aux éditions la Boucherie littéraire : Carné poétique.

    Elle est inaugurée avec deux titres de Laure Anders et Thomas Vinau : Cent lignes à un amant pour la première et Notes de bois de Thomas Vinau.

     

    "Carné poétique" une nouvelle collection en souscription

     

    La collection

    Carné poétique est constituée de la viande des auteurs et des lecteurs souvent écrivants eux-mêmes.

    Il s'agit d'un livre-objet hybride à mi-chemin entre le carnet blanc et le livre imprimé. Ce sont des carnets d'inspiration : la poésie que nous lisons nous inspire autant que ce qui nous entoure.

    Ainsi, dans le steack de tous les jours, une poésie originale de 20 pages est prise en sandwich entre 40 pages vierges laissées à la création du lecteur. La chair restante présente l'auteur et son travail.

     

    Les deux premiers titres

    "Carné poétique" une nouvelle collection en souscription

    Née en 1966, Laure Anders a écrit pour la jeunesse sous différents pseudos.

    Elle réside aujourd’hui en Bretagne, où elle vit de la pêche, de la cueillette et, accessoirement, de la vente de parapluies aux touristes.

    Elle est l'autrice de Animale publié aux éditions Buchet/Chastel.

     

    Cliquez sur l'image pour l'agrandir

    "Carné poétique" une nouvelle collection en souscription

     

    "Carné poétique" une nouvelle collection en souscription

     

    Amateur de mots-miettes, de mots-poussières et de poèmes-allumettes, Thomas Vinau est né en 1978 à Toulouse. 

    Il pousse dans le Lot, vit dans le Vaucluse avec sa petite famille, s’intéresse aux choses sans importance et aux trucs qui ne poussent pas droit.  

    Il ne cesse de revendiquer son militantisme pour le minuscule, il s’affiche supporter des poussières, anomaliste et résolument Etc-iste.

     

     

    Cliquez sur l'image pour l'agrandir 

    "Carné poétique" une nouvelle collection en souscription

     

    Papier Carné

    Composée de quatre beaux papiers du papetier italien Fedrigoni :

    La couverture : gamme Sirio Color/e, grain Denim, teinte Lampone, 290 g.
    Le corps d’ouvrage : gamme Woodstock teinte Rosso en 110 g.
    Les pages vierges : gamme Arcoprint teinte Milk, 100 g.
    Le péritexte : gamme Sirio Color, teinte Nude en 115 g.

    Les livres sont imprimés en France par Yenooa dans les Bouches-du-Rhône

     

    Données techniques

    Format fermé :  110 mm x 150 mm.

    Angles arrondis.

    Tirage : 500 ex

     


    votre commentaire
  •  

    En juillet 2018, les éditions la Boucherie littéraire se dotera d'une nouvelle collection qui s'intitulera : Carné poétique.

    La collection Carné poétique est constituée de la viande des auteurs et des lecteurs souvent écrivants eux-mêmes.

    Il s'agit d'un livre-objet hybride à mi-chemin entre le carnet blanc et le livre imprimé. Ce sont des carnets d'inspiration : la poésie que nous lisons nous inspire autant que ce qui nous entoure.

    Ainsi, dans le steack de tous les jours, une poésie originale de 20 pages est prise en sandwich entre 40 pages vierges laissées à la création du lecteur. La chair restante présente l'auteur et son travail.

    Pour inaugurer cette nouvelle collection deux titres paraîtront simultanément :

     

    Carné poétique : nouvelle collection à la Boucherie littéraireCarné poétique : nouvelle collection à la Boucherie littéraire   

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Très prochainement, une souscription vous sera proposée pour l'acquisition de ces deux nouveautés.

     

    Cette nouvelle collection sera d'un format de 15 x 11 cm aux angles arrondis. Elle sera composée de quatre beaux papiers du papetier italien Fedrigoni :

    La couverture : gamme Sirio Color/e, grain Denim, teinte Lampone, 290 g.
    Le corps d’ouvrage : gamme Woodstock teinte Rosso en 110 g.
    Les pages vierges : gamme Arcoprint teinte Milk, 100 g.
    Le péritexte : gamme Sirio Color, teinte Nude en 115 g.


    1 commentaire
  •  

    Pour bien commencer la semaine voici un nouvel extrait de Ce qu'on vaut de poussière de Felip Costaglioli, dont nous aimerions voir ce premier titre de l'année dans la collection La feuille et le fusil paraître au début du mois de juin.

     

    [...]

     

    Il faudrait ne plus croire
    que le calendrier nous ment

    Voir
                    en soi et l’autre


    Quitte à y laisser un oeil
    ou deux


    ou trois


    puis tout ce qui est à venir

     

     

    N’est-ce pas cela aussi s’appartenir ?


    Ne plus creuser mais
    gratter sous nos ongles


    pincer dans sa poche
    ce qu’on vaut de poussière


    Et quand même se plaire

     

    [...]

     

     

    Afin de nous aider à faire paraître Ce qu'on vaut de poussière de Felip Costaglioli,

    dont le livre paraît à l'occasion du Marché de la poésie de Paris,

    nous lançons un appel à souscription (lien en fin d'article)

    ouvert jusqu'au 5 juin inclus.

    Avec votre soutien cela nous permettra

    de financer pour partie les frais d'impression.

     

    Ce qu'on vaut de poussière

     

    En huit poèmes, à la fois épars et concentrés, jouant du blanc et de l´espace, Ce qu'on vaut de poussière s'articule comme une suite.

    Dans ce journal de l´intime qui évoque l´art de la fugue, une voix, entre obsession et légèreté, tente de traquer, de caresser ce qui nous fuit et qui nous constitue : la belle petite énigme de l'être et de l'autre.

     

     

    J'ai bien compris

    par les entailles
    dans ma langue par les bonds


    que les mots font dans ta bouche


    que ce que nous nommons visions
    énigmes


    n'est en fait que nos mains qui tremblent

     

     

    Felip Felip Costaglioli, vit depuis 25 ans aux États-Unis dans le Minnesota et enseigne l'esthétique du cinéma à St Cloud State University. Il écrit poèmes et nouvelles en catalan, français et anglais.

    Il poursuit aussi un assidu travail de traduction de poètes divers dans ces trois langues.

    A publié une quinzaine d´ouvrages de poésie en Espagne et en Frande. Collabore en tant que performeur avec plasticiens, vidéastes, compositeurs et musiciens au sein de spectacles où s´allient image, son et poésie.

     

    Cliquez sur l'image pour avoir le détail des données techniques.

    Ce qu'on vaut de poussière

     

    Télécharger « Bull_Souscript_Ce_Qu-on_vaut.pdf »

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique